Retour

Québec et Ottawa promettent une « nouvelle ligne bleue » pour 2026

Après moult tergiversations, le projet de prolongement vers l'est de la ligne bleue du métro de Montréal est désormais sur les rails, assurent les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard.

Ottawa et Québec ont annoncé lundi qu'ils investiront 16 millions de dollars chacun pour réaliser le dossier d'affaires du projet.

Le gouvernement du Québec versera ensuite un montant additionnel de près de 330 millions de dollars. Cette somme permettra d'effectuer le lancement du processus d'acquisition et d'expropriation de l'ensemble des immeubles requis; les spécifications techniques et les plans et devis des équipements spécialisés; le lancement d'un appel d'intérêt sur le choix du mode de réalisation; l'élaboration d'une nouvelle analyse de la valeur du projet; une revue indépendante des coûts, des risques et de l'échéancier; puis la mise en place du bureau de projet.

L'ensemble des coûts associés au projet – de même que leur répartition entre Québec et Ottawa – reste toutefois à être évalué.

« Une fois le dossier d'affaires complété, les renseignements qui y seront contenus permettront une analyse encore plus précise des coûts liés à la réalisation du projet et son partage entre les gouvernements du Canada et du Québec », ont indiqué les deux ordres de gouvernement par communiqué.

Le projet de prolongement de la ligne bleue prévoit l'ajout de cinq stations, sur une distance de 5,8 kilomètres, jusqu'à l'arrondissement d'Anjou.

L'annonce de lundi fait également état d'un tunnel piétonnier pour assurer le lien avec le futur service rapide par bus (SRB) sur le boulevard Pie-IX; de deux terminus d'autobus, à la station Anjou et à la station qui se situera à l’angle de Jean-Talon et de Pie-IX; et d'un stationnement incitatif souterrain de 1200 places aux Galeries d'Anjou.

L'échéancier, revu et corrigé, évoque maintenant une mise en chantier dès 2021 et une ouverture officielle de la « nouvelle ligne bleue » en 2026.

Des avis d'expropriations ont déjà été transmis aux propriétaires des terrains et des immeubles qui se trouvent sur le tracé.

Le prolongement amènera 17 100 nouveaux usagers sur la ligne bleue, prévoit-on. On évalue qu'il permettra de retirer environ 5300 voitures de la circulation.

Une annonce courue et attendue

L'annonce a été faite en début d'après-midi par les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard à la bibliothèque de Saint-Léonard. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le ministre québécois des Transports, André Fortin, étaient aussi de la partie.

« Tous les ordres de gouvernement s'entendent sur la nécessité de mener à terme ce projet et d'améliorer la qualité de vie des résidents, en plus de faire de nos communautés des endroits plus verts, a déclaré Justin Trudeau, qui a surtout fait valoir des arguments environnementaux pour justifier le projet. La modernisation des systèmes de transport en commun comme le métro est une étape essentielle que les grandes villes doivent franchir en vie de lutter efficacement contre les changements climatiques ».

Philippe Couillard y voit quant à lui un facteur de développement économique. « On sait que partout, le potentiel de développement et de densification urbain autour des stations de transport collectif est évident, a souligné le premier ministre. Ce sera le cas ici. D'ailleurs, d'ici 2031, on prévoit qu'au long de ces cinq stations, 3700 nouveaux emplois y seront créés et que plus de 11 700 ménages s'y établiront. »

« On ne veut pas en rester là », a toutefois nuancé la mairesse Valérie Plante.

« La problématique de l'engorgement du réseau de métro actuel, notamment la ligne orange, est bien réelle, et nous devons dès maintenant songer aux prochaines étapes du redéveloppement du métro afin de nous assurer de régler cette situation, a-t-elle martelé. C'est pourquoi notre administration continuera de développer le projet de la ligne rose du métro, qui devrait permettre de lier Montréal-Nord à Lachine en passant par le centre-ville. »

« En offrant aux populations de l'est de Montréal et aux usagers de la ligne bleue un accès au centre-ville qui évite la ligne orange, nous contribuerons à réduire l'engorgement de cette ligne de métro névralgique, qui fonctionne présentement à pleine capacité », a ajouté la mairesse.

Interrogée sur les noms des futures stations de métro, dont quatre ne pourront porter le nom des rues qu'elles traversent puisque ce sont les mêmes que celles de la ligne verte plus au sud, Mme Plante a dit qu'il serait nécessaire de le faire en respectant la logique du réseau existant, mais elle n'a pas caché que l'occasion serait belle pour corriger certains oublis et « honorer la mémoire de personnes qui ont peut-être été moins représentées jusqu'à maintenant dans les noms de rues, de parcs et de métros ».

Elle a ajouté qu'elle pensait « à des femmes importantes, également des personnes issues des diversités qui ont contribué à l'histoire de Montréal », précisant que la décision se prendrait « en concertation avec les différents acteurs locaux ».

Un projet qui tarde à se concrétiser

La volonté du gouvernement Couillard de prolonger la ligne bleue ne faisait plus aucun doute depuis quelques semaines. Dans le budget présenté le 27 mars dernier, il évaluait le coût des travaux à 3,9 milliards de dollars.

Les détails de la contribution fédérale restent à définir, mais, en général, ce genre de projet est financé à 60 % par Québec et à 40 % par Ottawa.

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement du Québec promet la création d'un bureau de projet. Une annonce similaire avait été faite par l'ex-première ministre Pauline Marois en septembre 2013.

En fait, le prolongement de ligne bleue est dans l'air depuis 1979. Le projet, comme il a été présenté lundi, a été annoncé au moins trois fois depuis 1988.

C'est d'ailleurs cette année-là qu'a été ouverte la station de métro Acadie, la dernière à avoir été construite sur l'île de Montréal.

À l'est, la ligne bleue se termine actuellement à la station Saint-Michel, sur le boulevard du même nom.

Quelques réactions

  • « La ligne bleue est prioritaire et fait l’unanimité dans le milieu des affaires. Bravo à Justin Trudeau, Philippe Couillard et Valérie Plante. Il faut maintenant aller de l’avant. Une réalisation rapide fera taire les cyniques. » - Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain
  • « D’autres annonces ont précédé celle-ci, mais les signaux semblent indiquer que cette annonce est probablement la bonne. » - Christine Fréchette, PDG de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal.
  • « Les gens veulent des options de transport diversifiées. Montréal aura la chance d’inaugurer les premières stations de métro sur l’île depuis 1988. On rêve déjà à la ligne rose. » - Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki
  • « On est encore loin de la première pelletée de terre, mais avec l'annonce conjointe d'aujourd'hui, le projet a l'air vrai et j'ai envie d'y croire. On ne peut pas jouer au yoyo avec les gens indéfiniment, il faut finir par livrer la marchandise » - Manon Massé, députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques et porte-parole de Québec solidaire
  • « Qualité de vie de l'ensemble de la population, lutte [contre les] changements climatiques, attractivité économique : les avantages du prolongement de la ligne bleue sont multiples. » - Conseil régional de l'environnement de Montréal
  • « Conjugué à une bonne gestion de l’urbanisation et à une dynamisation du secteur, ce sera une intervention structurante pour les prochaines décennies. » - Vivre en ville
  • « Avec une connexion au REM [Réseau express métropolitain] à Édouard-Montpetit, cinq nouvelles stations seront désormais à une connexion de l’aéroport. » - Réseau express métropolitain
  • « Cet investissement aidera à atteindre l'objectif du PMAD [Plan métropolitain d'aménagement et de développement] de hausser la part modale du transport en commun en heure de pointe à 35 % d'ici 2031. » - Communauté métropolitaine de Montréal
  • « Un demi-siècle après l'inauguration de la station de métro à Longueuil, il est plus que temps que le gouvernement prenne des engagements fermes quant au prolongement futur du métro et à la consolidation du réseau de transport collectif desservant Longueuil et la région. » - Sylvie Parent, mairesse de Longueuil

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine