Retour

Québec laisse planer le doute sur le sort du SRB

Le gouvernement Couillard refuse de confirmer que le projet de service rapide par bus (SRB) ira de l'avant à la suite du retrait de la Ville de Lévis.

Un texte de Louis Gagné

Le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, François Blais, a affirmé mercredi qu’il ne pouvait pas dire ce qu’il adviendrait du projet tant que le maire de Québec, Régis Labeaume, n’aura pas fait connaître ses intentions.

« Je ne me prononcerai pas aujourd’hui, c’est un projet pour les deux villes. C’est un projet des deux villes. C’est une annonce importante, hier, que Lévis se retire. On va attendre quelques jours pour laisser le maire Labeaume préciser un peu sa pensée », a déclaré le ministre à l’occasion d’une mêlée de presse.

Appui conditionnel?

François Blais a néanmoins laissé entendre que l’appui financier de son gouvernement au SRB était conditionnel à la participation de la Ville de Lévis.

« Ce qu’on aimait dans ce projet-là, bien sûr, c’était que les deux villes soient réunies pour faire un projet commun », a-t-il rappelé.

Le ministre n’était pas non plus en mesure de dire si les 56 millions de dollars annoncés dans le dernier budget pour la réalisation de plans et devis du SRB étaient toujours sur la table.

Il s’est contenté de mentionner que son gouvernement continuerait d’appuyer les solutions destinées à améliorer la mobilité dans la grande région de Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine