Retour

Québec lance des consultations sur la « réussite éducative »

Le premier ministre Philippe Couillard et son ministre de l'Éducation et de la Famille, Sébastien Proulx, ont annoncé vendredi une grande consultation qui doit aboutir à ce que le gouvernement appelle une « politique de la réussite éducative » touchant aussi bien les services de garde que l'enseignement supérieur.

L'exercice se traduira par une consultation en ligne, jusqu'au 10 novembre, sur le site du ministère de l'Éducation, et par une quinzaine de consultations régionales, dont une consacrée spécifiquement aux Autochtones, qui se dérouleront de la mi-octobre à la fin novembre.

Le tout culminera par une journée de consultation nationale qui aura lieu à Québec, le 1er décembre.

La démarche, à laquelle sont conviés non seulement les acteurs du milieu de l'éducation, mais tous les groupes et citoyens qui s'intéressent à l'enjeu, s'articulera autour de trois axes :

  • l'atteinte du potentiel de tous les élèves;
  • le contexte propice au développement, à l'apprentissage et à la réussite;
  • les acteurs et les partenaires mobilisés autour de la réussite.

Parmi les sujets abordés : les services de garde éducatifs, la maternelle à 4 ans, la motivation des élèves doués, le défi particulier que pose la réussite des garçons, la formation continue des enseignants, les échanges interculturels et la responsabilité des entreprises dans le parcours des élèves en formation professionnelle.

Le gouvernement dit vouloir accroître les taux de diplomation et de qualification en s'attardant plus particulièrement à l'intervention précoce auprès des enfants, et au renforcement de la littératie et de la numératie, tant pour les jeunes que pour les adultes.

Dans un contexte marqué par de nombreux changements technologiques et des bouleversements sociaux, le gouvernement dit préférer parler de « réussite éducative », un terme qui embrasse plus large que la « réussite scolaire », selon lui.

« On a de grands experts dans nos classes », dit Couillard

Cinquante ans après la création du ministère de l'Éducation du Québec, qui visait à accroître l'accessibilité à une éducation de qualité, il est aujourd'hui temps d'affronter le défi de la « réussite », a plaidé Philippe Couillard.

Après des mois de relations tendues entre les acteurs du milieu de l'éducation et le gouvernement, en raison notamment des négociations difficiles entre le Conseil du Trésor et les syndicats de l'enseignement, le premier ministre a tendu la main aux enseignants du réseau.

« On parle toujours des experts, partout, qu'on veut consulter, mais on a de grands experts dans nos classes qui sont nos enseignants et enseignantes », a-t-il déclaré.

« Il faut également écouter leurs voix, et leur donner la capacité d'imprimer ces changements qu'ils ou elles voient nécessaires au niveau où ils ou elles travaillent, sans être trop encombrés par tous ces mécanismes de gestion qu'avec beaucoup de bonne volonté on a mis en place au fil des années, mais qui nécessitent plus de souplesse. »

Un dialogue qui s'est « un peu perdu », concède Proulx

Le ministre Proulx a aussi longuement insisté sur la volonté d'écouter ce que chacun a à dire à ce sujet dans le cadre de la consultation qui lui permettra, dit-il, d'établir un « état des lieux ».

« Avant de me demander où aller, ce que je vais faire pour m'y rendre, ce que ça va coûter, je veux savoir ce qu'on a fait, comment je suis équipé et quel est l'état du véhicule ou de l'organisation avec laquelle je travaille », a-t-il fait valoir.

« Traditionnellement, je pense, on a eu tendance à consulter les organisations, et c'est correct; il faut consulter les organisations qui sont à l'intérieur du milieu. Mais il faut aussi consulter en périphérie et être capables d'aller chercher l'opinion, les propositions de gens qui, d'ordinaire, ne sont pas associés directement au monde de l'éducation. »

À l'instar du premier ministre, il a aussi spécifiquement tendu une perche aux enseignants et aux professionnels qui les soutiennent, après avoir vanté leur travail « extraordinaire » et la « grande responsabilité » qui leur incombe.

Du financement en vue

Le premier ministre Couillard a réitéré qu'après une « période difficile et nécessaire » engendrée par les efforts du gouvernement visant à rétablir l'équilibre budgétaire, il s'engage à augmenter le budget du réseau de l'éducation de 3,5 % par année.

« On y arrive et on va le maintenir. Alors, je vais être capable de dire [...] aux intervenants du réseau : "Faites des plans pour les deux, trois, quatre, cinq prochaines années, parce que vous allez avoir le financement requis pour le faire" », a-t-il assuré.

Selon lui, il serait inapproprié de se contenter d'injecter de l'argent dans le réseau sans consultation préalable. « Il est clair qu'il y aura un ajout de ressources, mais c'est une profonde illusion [...] de penser qu'un simple ajout de ressources pourrait miraculeusement régler les enjeux », a-t-il affirmé.

Le ministre Proux a par ailleurs indiqué qu'il entendait rendre obligatoire « le plus rapidement possible » un cours d'économie pour les étudiants de quatrième ou cinquième secondaire. « On est en train de trouver l'espace », a-t-il indiqué, sans pouvoir garantir que cela pourra se concrétiser pour la rentrée scolaire 2017.

Une démarche bien accueillie par les syndiqués

Présentes lors de l'annonce, les organisations syndicales de l'enseignement primaire et secondaire ont salué le lancement de cette consultation, en espérant que l'écoute des solutions proposées sera réelle.

« Enfin », s'est exclamée Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec, qui représente la majorité des enseignants du primaire et du secondaire.

« On revendiquait un vrai dialogue social qui s'engage avec une consultation de tous les acteurs du milieu pour regarder où sont les vrais enjeux et les vrais problèmes », a-t-elle ajouté.

« On appelait cette consultation, donc on ne s'en plaindra pas », a commenté à son tour Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l'enseignement, qui représente aussi des enseignants du primaire et du secondaire.

Au Conseil du patronat du Québec, le président Yves-Thomas Dorval a dit souhaiter que la voix des employeurs soit aussi entendue.

« N'oublions pas que l'éducation, ultimement, non seulement c'est pour développer des aspects de connaissances d'un individu ou sa sociabilité, mais également la reconnaissance de ses compétences pour être en mesure de répondre aux besoins du marché du travail. La réussite scolaire, c'est un élément prioritaire pour la prospérité du Québec », a-t-il souligné.

L'urgence d'agir

En entrevue à Radio-Canada, Égide Royer, psychologue et professeur titulaire en adaptation scolaire à l'Université Laval, s'est également dit satisfait de la consultation. Il plaide toutefois pour qu'elle soit « brève et spécifique, par rapport à des actions bien précises ».

Selon lui, il est « urgent » d'améliorer le taux de diplomation, puisque 40 % des garçons et 25 % des filles du Québec ne parviennent pas à décrocher le moindre diplôme après sept années d'éducation secondaire.

M. Royer souligne qu'il importe que le gouvernement se base sur les « pratiques exemplaires » et les « données de recherche probantes » pour implanter de nouvelles approches dans les écoles.

Il préconise personnellement l'implantation rapide de la maternelle à 4 ans pour tous les enfants du Québec et l'école obligatoire jusqu'à 18 ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine