Retour

Québec pourrait réviser sa réforme de l'enseignement de l'histoire

Devant le mécontentement qui commence à se faire entendre, le gouvernement Couillard a ouvert la porte vendredi à une possible révision du nouveau programme d'enseignement de l'histoire du Québec et du Canada au secondaire, qui est à l'essai en ce moment dans certaines écoles.

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a plaidé pour un programme inclusif, qui ferait une place à toutes les communautés culturelles qui ont façonné le Québec.

Ce faisant, il affirme avoir entendu les commentaires des enseignants, des élèves et des groupes d'intérêts au moment de la rédaction de la version finale du cursus.

Les anglophones et les allophones ignorés?

Des Anglo-Québécois trouvent en effet que ce nouveau programme fait peu de cas de la contribution des non-francophones à l'histoire de la province.

John Commins, qui enseigne l'histoire à l'École secondaire Perspectives II, à Montréal, a été membre d'un comité qui avait contribué à l'élaboration, en 2003, du programme actuel. Pour lui, ce programme ignore les anglophones du Québec et la contribution des autres minorités, ce qui lui fait dire que les étudiants anglophones et allophones ne se sentiront pas pleinement représentés.

M. Commins constate que les francophones sont décrits comme une communauté monolithique en conflits perpétuels avec le reste du Canada.

En revanche, les allophones sont absents de ce programme, d'après ses observations. Par exemple, il n'y aurait aucune référence aux communautés grecque ou italienne, noyées dans des références générales à l'immigration.

Pour John Commins, il est temps que la communauté anglophone exige de pouvoir enseigner son propre programme d'histoire dans certaines écoles du Québec, comme le font les Franco-Ontariens ou certaines communautés des Premières Nations.

Les Autochtones, presque invisibles dans le programme

L'artiste et activiste mohawk Ellen Gabriel trouve « inacceptable » que le programme d'histoire fasse l'impasse sur les Premières Nations, en évoquant une seule fois les pensionnats autochtones, pour leur contribution « au déclin des langues autochtones ».

D'après elle, ce nouveau programme a raté l'occasion de réparer l'échec du passé pour d'éduquer les Québécois sur l'histoire autochtone. Elle affirme que des changements ont été réclamés depuis des décennies, en vain.

Pourtant, en réaction aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, en juin 2015, le premier ministre Philippe Couillard, qui avait parlé alors de « génocide culturel », avait insisté sur la nécessité d'enseigner l'histoire et la réalité autochtones dans les écoles.

« Il y a 94 recommandations, mais il y en a une qui attire mon attention : c'est la nécessité que nos enfants, dans nos écoles, connaissent cette partie de notre histoire, notamment la réalité des peuples autochtones, leur contribution à l'édification du pays et les événements malheureux ou parfois plus heureux qui se sont produits », avait souligné M. Couillard

Le nouveau programme

Le nouveau programme, dont CBC a obtenu une copie, commence par l'arrivée des colons français dans les années 1500, avec le premier module sur l'expérience des peuples autochtones sous la colonisation. Une autre section, de 1945 à 1980, met l'accent sur les conditions dans les réserves et la reconnaissance des droits ancestraux.

Des projets pilotes se déroulent dans quelques écoles secondaires et le gouvernement espère que le nouveau programme sera enseigné en septembre dans tout le réseau.

La réforme, amorcée par le gouvernement du Parti québécois en 2014, est le fruit d'un rapport publié par les universitaires Jacques Beauchemin et Nadia Fahmy-Eid. Cette réforme avait ensuite été suspendue par les libéraux à leur arrivée au pouvoir, mais elle avait été finalement relancée par le ministre Yves Bolduc.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine