Confiant de pouvoir mobiliser les jeunes, mais comptant sur l'appui de seulement deux associations universitaires, Québec solidaire (QS) place les étudiants au cœur de sa première activité préélectorale. La formation de gauche lance donc « l'opération campus ».

Un texte d’Alex Boissonneault, correspondant parlementaire à Québec

D’ici les élections générales du mois d’octobre, QS compte rassembler ses partisans au sein d’associations sur les campus universitaires et dans les cégeps.

Pour y arriver, le parti peut compter sur un habitué : le député de Gouin et ex-organisateur étudiant, Gabriel Nadeau-Dubois.

« La première étape aujourd’hui, c’est une opération de recrutement en ligne par courriel et sur les réseaux sociaux. Dans les prochaines semaines, il y a des organisateurs politiques de Québec solidaire qui se rendront sur les campus », explique-t-il.

À terme, le parti entend offrir des ressources matérielles, des conseils et un appui logistique aux étudiants qui organiseront des activités pour l'appuyer.

Pas d’aile jeunesse

Contrairement aux autres formations politiques, Québec solidaire a fait le choix de ne pas avoir d’aile jeunesse. Une décision qui peut représenter un défi, puisque cette instance fait souvent le pont avec ces associations.

C’est certainement le cas pour le Parti québécois, selon le porte-parole de la formation, Yanick Grégoire. Le parti peut compter sur des « comités étudiants » dans la plupart des campus, et l’aile jeunesse leur offre des ressources supplémentaires.

Même son de cloche au Parti libéral, dont les « Clubs libéraux étudiants » ou « C.L.E. » sont directement associés à la Commission jeunesse. Son président, Stéphane Stril, y voit un outil « essentiel pour faire le lien entre les instances régionales, nationales et étudiantes ».

Le député Gabriel Nadeau-Dubois approuve malgré tout le choix de sa formation.

« On ne voulait pas faire une table des adultes et une table des enfants dans le parti, mais on s’est rendu compte qu’il fallait créer un espace pour que les jeunes se mobilisent », reconnaît-il.

Les jeunes électeurs sont difficiles à séduire. Aux dernières élections, 56 % des 18-24 ans se sont prévalus de leur droit de vote.

Depuis 2014, le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) tente de faciliter leur participation en ouvrant des bureaux de vote sur les campus.

Plus d'articles