Retour

Québec solidaire déposera une motion pour retirer le crucifix de l’Assemblée nationale

Dans la foulée du débat sur la neutralité religieuse de l'État, Québec solidaire déposera une motion mardi afin de demander le retrait du crucifix de l'Assemblée nationale.

La motion, qui demande au Bureau de l’Assemblée nationale (BAN) de discuter de cette possibilité, est appuyée par les autres partis d’opposition et les députés indépendants.

« Ça devient un peu contradictoire pour les députés de l’Assemblée nationale, de réitérer leur appui à la laïcité, de réitérer leur appui à la neutralité religieuse, leur appui au principe de séparation entre l’Église et l’État, tout en continuant à débattre sous un immense crucifix », a soutenu Gabriel Nadeau-Dubois.

Avec cette motion, les libéraux seront contraints de prendre position lors du débat, mardi.

En 2014, avant d’être élu premier ministre, le chef libéral Philippe Couillard s'était prononcé en faveur du maintien du crucifix à l'Assemblée nationale.

Plus récemment, il avait appuyé le maintien de celui que l'on retrouve à l'Hôpital du Saint-Sacrement, à Québec.

Le crucifix de l'Assemblée nationale, installé par Maurice Duplessis en 1936, est perçu par plusieurs comme un symbole du patrimoine culturel du Québec

Les règles d’application de la loi sur la neutralité religieuse clarifiées

C’est aussi mardi que la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, doit clarifier les règles d’application de la loi sur la neutralité religieuse de l’État, en ce qui a trait à l'échange de services publics à visage découvert.

Elle présentera un document qui était à l’origine destiné à l'administration, seulement.

Les lignes directrices encadrant les demandes d’accommodements raisonnables ne seront toutefois dévoilées que d’ici le 1er juillet prochain.

En entrevue à CBC, la porte-parole du ministère de la Justice, Isabelle Marier St-Onge, a expliqué que la loi sur la neutralité religieuse de l’État devait être appliquée selon le « bon sens ».

Elle a aussi assuré que le gouvernement n’avait pas l’intention d’instaurer des unités de patrouille pour faire respecter la loi et qu’aucune sanction n’était prévue pour sévir contre ceux qui ne s’y conformeront pas.

En entrevue à Montreal’s Daybreak, la semaine dernière, la ministre Vallée disait pourtant que la loi devait d’appliquer pour la durée entière du service public fourni, y compris un trajet en autobus.

Depuis son adoption le 18 octobre dernier, la loi sur la neutralité religieuse sème la confusion.

Elle est particulièrement contestée par les administrations municipales.

À Montréal, les deux principaux candidats à la mairie, Denis Coderre et Valérie Plante, l’ont rejetée.

Le président de l’Union des municipalités du Québec, Bernard Sevigny, estime pour sa part que la loi est inapplicable aux services municipaux.

Lundi, le gouvernement a une fois de plus défendu la loi.

« Nous avons décidé depuis un certain nombre d’années que nous allions aller de l’avant avec cette loi. C’est une question de sécurité, d’identification et de communication », a indiqué la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine