Retour

Québec veut mieux reconnaître les qualifications des immigrants

Le premier ministre Philippe Couillard affirme qu'il est prioritaire d'accélérer l'étude du projet de loi 98 afin de reconnaître, à leur juste valeur, les compétences professionnelles des immigrants au Québec.

En point de presse mardi, Philippe Couillard s'est dit déterminé « à lever ces barrières » qui empêchent les immigrants d'exercer leur métier ou leur profession dans la province.

Le premier ministre se dit optimiste de voir adopter « assez rapidement » le projet de loi 98, qui modifie diverses lois concernant, principalement, l’admission aux professions et la gouvernance du système professionnel.

Selon Philippe Couillard, qui était accompagné des ministres de la Justice et de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Stéphanie Vallée et Kathleen Weil, les deux enjeux auxquels le Québec doit remédier sont :

  • la reconnaissance des qualifications professionnelles des immigrants;
  • la francisation.

51 000 nouveaux arrivants au Québec cette année

« Bien qu'il soit en constante diminution depuis trois années consécutives, le taux de chômage chez les nouveaux arrivants est encore trop élevé », a déploré le premier ministre du Québec, citant un taux de 9,8 % pour l'ensemble des Québécois issus de l'immigration et de 15 % pour ceux arrivés dans la province ces cinq dernières années.

À titre comparatif, le taux de chômage pour l'ensemble du Québec était de 6,2 % en décembre dernier, soit le taux le plus bas depuis 1976.

Mme Weil, qui avait présenté au printemps 2016 une politique sur l'immigration, avait d'ailleurs souligné à ce moment-là que 1,4 million de postes devront être pourvus sur le marché du travail québécois, d'ici 2022. Près du cinquième de ces postes seront pourvus par l'immigration.

Dans l'ensemble, l'économie du Québec va bien, a expliqué Philippe Couillard. Aussi faut-il « ...s'assurer que ces milliers d'emplois disponibles soient pourvus », a-t-il insisté.

On ne peut pas se permettre de perdre un seul talent.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Le gouvernement québécois a présenté, l'automne dernier, son plan d'immigration prévoyant l'accueil de 51 000 immigrants en 2017. Le gouvernement a, du même coup, constitué un groupe de travail composé de treize ministres pour mieux intégrer ces Québécois issus de l'immigration.

Moderniser les ordres professionnels

Ces changements souhaités par Québec auront un impact sur les ordres professionnels. « On comprend que les ordres professionnels ont leur façon de faire, mais pourquoi sommes-nous à la traîne au Québec par rapport à d'autres sociétés canadiennes pour l'intégration des professionnels? », demande Philippe Couillard.

Les dispositions incluses dans le projet de loi vont moderniser la gouvernance des ordres professionnels et institutionnaliser les démarches pour l'obtention de stages et de formations d'appoint.

« On compte aussi présenter des amendements pour que la composition même des ordres professionnels reflète la diversité de la société du Québec », a ajouté le premier ministre.

Enfin, le projet de loi doit rendre plus efficace l’accès aux services gouvernementaux pour la reconnaissance des compétences et l’intégration en emploi des immigrants.

Toutefois, comme l'a expliqué en substance la ministre Kathleen Weil en entrevue sur ICI RDI, les ordres professionnels ne sont pas seuls en cause, considérant que seuls 15 % des immigrants se destinent à une profession. Une autre portion de 5 % se destine à des métiers réglementés. Pour 80 % des immigrants, ce sont les difficultés des employeurs à reconnaître leur expérience et leur diplôme qui sont en cause.

Un mandat élargi pour le commissaire aux plaintes

Ces changements législatifs éventuels élargiront et renforceront les responsabilités du commissaire aux plaintes, dont le titre est désormais « commissaire à la reconnaissance des compétences et à l'admission aux professions ».

De l'avis de M. Couillard, divers groupes dans la société s'entendent pour que le mandat du commissaire soit ainsi modifié.

Des mesures trop timides, critique le PQ

Le chef de l'opposition officielle, Jean-François Lisée, a qualifié de « bienvenues, mais timides » ces mesures destinées aux travailleurs issus de l'immigration.

Le Parti québécois avait présenté la semaine dernière une vingtaine de propositions pour « améliorer significativement la situation des Québécois d'origines diverses ».

Le PQ vient par ailleurs de demander par écrit à la ministre de Weil d'élaborer des « mesures plus actives » en concertation avec l'opposition, et ce, d'ici juin prochain.

Un projet de loi est-il nécessaire, demande François Legault

« Je ne suis pas sûr que nous ayons besoin d'un projet de loi », a pour sa part commenté le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault. Ce dernier se dit néanmoins en faveur d'un meilleur accompagnement des immigrants dans leur parcours professionnel au Québec.

« C'est urgent que nous le fassions », a déclaré M. Legault.

À la Fédération des omnipraticiens du Québec (FMOQ), le président Louis Godin rappelle qu'il importe d'imposer les mêmes exigences professionnelles et les mêmes règles de pratique aux médecins formés à l'étranger qu'à ceux formés au Québec.

Contrer racisme et discrimination - Stephan Reichhold

L'attaque survenue le 29 janvier dernier à Québec a avivé les discussions sur le racisme systémique et la discrimination, selon Stephan Reichhold de La Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI). Ce dernier appelle les autorités à s'attaquer sérieusement aux problèmes qui freinent l'accès à l'emploi. « Il faut une grande mobilisation », dit-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine