Retour

Québec vise un taux de diplomation de 85 % d’ici 2030

Dans le cadre de sa nouvelle Politique de la réussite éducative, le gouvernement du Québec se fixe comme objectif d'atteindre un taux de diplomation d'au moins 85 % d'ici 2030, chez les élèves de moins de 20 ans, en faisant de la réussite des élèves la priorité du système d'éducation québécois.

Élaborée à partir de consultations publiques menées auprès de milliers de professeurs, de parents, d’élèves et de représentants du milieu éducatif, cette politique aura pour objectif principal de favoriser la réussite des élèves de la prématernelle jusqu’à l’âge adulte.

Il s'agit d'un objectif ambitieux qui vise des résultats à long terme, affirme le premier ministre Philippe Couillard, pour qui le 21e siècle sera celui de la réussite scolaire dans les nations modernes et industrialisées.

Pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés, le gouvernement du Québec compte mettre sur pied un groupe de travail chargé de faire des recommandations en vue de la création d’un institut national d’excellence en éducation.

Trois chantiers d’analyses se pencheront aussi sur les façons de valoriser la profession enseignante et l’autonomie professionnelle des enseignants.

La modernisation des encadrements pédagogiques, l’évaluation des apprentissages et la contribution du milieu des affaires à la réussite des élèves québécois seront aussi à l’ordre du jour des travaux.

Détecter les difficultés d’apprentissage dès le plus jeune âge

Pour Québec, il sera primordial de détecter dès le plus jeune âge les difficultés d’apprentissage chez les enfants afin de leur fournir l’assistance et les services nécessaires à leur réussite. La catégorie des 0 à 8 ans fera l’objet d’une attention « interministérielle » particulière, selon le communiqué du ministère de l’Éducation.

Des ressources pour le faire

Afin de fournir les ressources spécialisées qui font cruellement défaut actuellement dans le réseau scolaire public, le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a déclaré que son gouvernement consacrera 1,8 milliard de dollars sur 5 ans pour embaucher plus de 7200 nouvelles ressources dans le réseau d’éducation publique, dont 1500 dès l’automne 2017.

Rappelant que les politiques budgétaires de son gouvernement ont permis de dégager les marges financières nécessaires pour intervenir en éducation, Philippe Couillard a promis des milliards de dollars d’investissement à venir en éducation au cours des prochaines années, en plus du milliard de dollars consacré l’an dernier à la réfection des infrastructures scolaires.

L’éducation, c’est l’affaire de tous les citoyens

Soulignant que l’éducation est la pierre d'assise du développement économique, culturel et social, le gouvernement Couillard estime que la réussite académique des élèves ne doit pas être que la responsabilité du gouvernement, mais bien celle de l’ensemble de la population.

C’est pourquoi la politique de réussite scolaire de son gouvernement visera à favoriser l’implication des institutions et des organisations publiques, mais aussi du secteur privé et du milieu des affaires, dans la réussite des élèves québécois.

Ultimement, Québec entend faire en sorte que chaque enfant puisse atteindre son plein potentiel et qu'il puisse évoluer dans un milieu scolaire « inclusif et propice à son développement », porté par « des acteurs et des partenaires mobilisés pour la réussite ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine