Retour

Quelle place pour les femmes dans les partis politiques ontariens?

L'Ontario n'a jamais eu autant de femmes candidates que cette année. Un peu moins de 45 % des candidats des trois principaux partis sont des femmes, la preuve que lentement, mais sûrement, le terrain de jeu se féminise.

Un texte de Jérémie Bergeron

Les progressistes-conservateurs sont en queue de peloton. Sur 124 candidats aux élections provinciales, 42 sont des femmes. Les libéraux comptent 55 candidates et 69 candidats. Le Nouveau Parti démocratique est le seul parti avec une majorité de femmes candidates, soit 69.

« Les partis politiques ont une culture autour de la mise en candidature », explique Peter Graefe, professeur au département de science politique de l'Université McMaster. « Cette culture donne lieu à des résultats comme on a vu. »

« Libre marché » chez les conservateurs

Chez les conservateurs, la vision des mises en candidature serait différente de celle des autres partis, selon Peter Graefe.

« Ils sont d’avis que les mises en candidatures ne devraient pas favoriser certaines communautés, ça devrait presque être un libre marché, affirme le politologue. Ils n’ont pas cette même façon d’aller chercher, d'aller parler avec les femmes de la communauté pour voir leur intérêt de participer. »

Andrea Horwath avait d’ailleurs expliqué plus tôt dans la campagne que son parti a « toujours été très engagés à faire en sorte que [les] candidats représentent le visage de nos communautés ».

Un legs de Patrick Brown

Avec 42 candidatures féminines, force est d’admettre que les conservateurs font quand même mieux que lors de la dernière élection provinciale en 2014 alors que 27 femmes avaient été candidates cette année-là. Le résultat d'un travail de l’ancien chef Patrick Brown, selon le politologue.

« Les gens soulignent souvent les efforts consentis par l'ancien chef Patrick Brown pour aller chercher à la fois les femmes, mais aussi les gens des communautés des minorités visibles », explique M. Graefe.

Tous les grands partis font mieux cette année qu’en 2014, ce qui explique le nombre record de femmes candidates.

Plus d'articles