Retour

Questions-réponses avec le chef du Parti Rhinocéros du Canada

Nous profitons du début de l'année pour vous offrir la perspective d'un parti moins présent à Ottawa, mais qui a tout de même des idées, aussi originales soient-elles! Radio-Canada s'est entretenu avec le chef du Parti Rhinocéros du Canada, Sébastien CôRhino Côrriveau.

Un texte d’Édith Drouin

Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre?

« Nous, on ne propose pas de les réduire, en fait. Je m’apprête, au printemps, à lancer le plan vert pour un Canada plus vert, où on augmenterait les émissions de gaz à effet de serre dans le but de faire du Canada un des pays les plus verts dans le monde.

Dans le fond, réduction de la longueur de l’hiver, moins de blanc et une possibilité d’augmenter la culture, les champs et l’immigration dans le nord du Canada. »

Dépenser pour créer de la richesse, comme le propose le gouvernement Trudeau, qu’en pensez-vous?

« Ça dépend toujours, mais si on regarde la création de la richesse en ce moment, on sait qu’au Canada, en 2015, les données les plus proches qu’on a, il y a 272 milliards de dollars qui sont partis vers les paradis fiscaux. Donc je pense qu’on pourrait s’occuper de la richesse qu’on a déjà et puis la mettre en valeur, plutôt que de soit dépenser, ou couper.

En ce moment, on a pas besoin ni l’un ni de l’autre, on devrait juste s’occuper de ce qu’on a déjà et de mieux le gérer. »

Que pensez-vous du projet de construction de l'Oléoduc Énergie Est?

« Nous, ce qu’on a proposé, c’est un pipeline de bière, qui traverserait la Confédération canadienne, les 10 provinces. Le Québec étant un gros producteur de bière, l’Alberta, un gros consommateur, on aurait exporté de la bière vers l’Ouest.

Malheureusement, ça ne s’est pas fait. On avait promis l’ouverture du pipeline pour le 150e du Canada, en 2017. »

Le Sénat devrait-il être aboli, réformé ou maintenu dans sa forme actuelle?

« Nous, en fait, à la dernière campagne électorale, on avait proposé le loto Sénat, qui était en fait pour choisir les sénateurs avec une loterie. Chaque citoyen canadien aurait eu la chance de devenir sénateur et de décider les lois du pays. »

Comment se porte la démocratie canadienne?

« La démocratie canadienne, on peut se demander qu’est-ce que c’est? Est-ce que c’est la famille Trudeau qui se promène à l’international, qui fait des beaux bisous, qui est belle, qui est regardée? [...] Sur le fond, faut se demander; est-ce qu’on a un Parti libéral qui est le même parti corrompu? Est-ce que ce sont les mêmes gens qui gravitent autour de lui, qui prennent les décisions? »

Que pensez-vous du fédéralisme et de la souveraineté?

« Nous, au Parti Rhinocéros, on pense que le Canada pourrait se diviser en plusieurs pays, ce sera à définir comment ça va se faire, mais il pourrait y avoir des dizaines ou des centaines de pays dans le Canada.

Mais évidemment, en tant que chef du parti Rhinocéros du Canada, je suis fédéraliste et je crois au fédéralisme, mais c’est important de donner une plus grande place aux Premières Nations. »

Comment le Canada devrait-il soutenir la culture canadienne et québécoise à la maison et à l'étranger?

« Nous, au Parti Rhinocéros, on pense que les arts et la culture sont créateurs de richesse. Si on compare quelqu’un qui a écrit une pièce de musique, à quelqu’un qui travaille pour une compagnie minière à Baie-Comeau. C’est sûr que quand tu créer ton économie à partir des compagnies minières, comme c’est beaucoup le cas au Canada, tu es obligé d’extraire de la ressource pour faire de la richesse.

Si on pouvait créer quelque chose à partir de rien, comme l’art [...] pis à aller le vendre à l’international, ce serait magnifique. On crée de la richesse sans avoir besoin de ravager les ressources de notre sol, tout vient de notre tête. »

Financier le diffuseur public, pour ou contre?

« Oui en fait, peu importe que ce soit Radio-Canada ou un autre, je pense qu’on a besoin d’avoir un peuple informé, c’est la base de la démocratie, et il faut absolument que l’information soit produite avec un financement indépendant.

Je vais vous donner un exemple, admettons qu’on a un poste de télé ou de radio privé qui est financé par des publicités de chars, de compagnies d’assurance et de médicaments. Bin, qu’est-ce qu'ils vont faire ce monde-là si y trouvent un gros scandale qui vient d’une firme de médicaments? Ils ne pourront pas en parler. »

Plus d'articles

Commentaires