Le 1er mai marque le lancement officiel de la campagne électorale municipale à Toronto. Le maire John Tory sollicite un deuxième mandat qui sera aussi son dernier, comme il l'avait indiqué il y a quatre ans.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

Le maire n'a pas d'adversaire de taille pour l'instant. Doug Ford, qui devait être son plus grand rival, est maintenant le chef du Parti conservateur de l'Ontario.

Mais l'absence de Doug Ford sur le bulletin de vote laisse le champ libre à un bon nombre de candidats plus à droite ou plus à gauche politiquement que le maire Tory, selon le politologue Peter Graefe de l'Université McMaster.

Il ajoute qu'un candidat sérieux et solide qui possède une bonne réputation dans la communauté pourrait donner du fil à retordre au maire sortant qui, cette fois, devra défendre son bilan des quatre dernières années.

Il souligne certaines décisions, sans grande envergure, défendues par le maire, notamment la reconstruction l'autoroute surélevée Gardiner et le prolongement du métro à Scarborough.

Candidats à la mairie

Sarah Climenhaga a annoncé sa candidature à la mairie il y a des semaines.

Cette mère de famille de trois enfants, qui milite pour une sécurité accrue dans les rues de la métropole depuis que son fils a été happé par une voiture, veut se mesurer à John Tory en dépit de son manque d'expérience politique et du fait qu'elle est inconnue du public.

Desmond Cole, journaliste et militant pour les droits de la communauté noire, en a surpris plusieurs en annonçant lors de son émission radio qu'il ne se présentera pas comme maire ou conseiller municipal.

De nouveaux visages

Les électeurs auront la possibilité de remplacer au moins neuf conseillers municipaux en 2018.

Shelley Carroll et Chin Lee sont candidats pour les libéraux provinciaux et Denzil Minnan-Wong, pour les conservateurs.

Lucy Troisi et Jim Hart ont été nommés pour remplacer des conseillers défunts et ils ont promis, conformément à la tradition, de ne pas se présenter aux élections de 2018.

Mary-Margaret McMahon quitte la vie politique après deux mandats.

Il y a aussi trois nouveaux arrondissements dans la ville de Toronto.

D'autres noms s'ajouteront au cours des prochains jours. La Ville de Toronto accepte les candidatures pour les postes de maire, de conseiller municipal et de conseiller scolaire jusqu'au 27 juillet.

Découpage de la carte électorale

Des modifications importantes ont été apportées à la carte électorale municipale. Le nombre d'arrondissements passe de 44 à 47. Ces arrondissements n'ont désormais plus de noms; uniquement des numéros.

Les limites des quartiers ont aussi changé ce qui veut dire, par exemple, qu'un électeur de l'ancien arrondissement 29 vit et vote maintenant dans l'arrondissement 34.

La Ville de Toronto veut éviter la confusion. Les citoyens pourront identifier leur nouvel arrondissement à l'aide d'une application.

Ils obtiendront ainsi le nom du conseiller qui représente leur quartier ainsi que ceux de tous les candidats qui s'y présenteront.

Plus d'articles