La date de dépôt des candidatures aux élections municipales étant derrière nous, il est maintenant possible de dresser le portrait de tous les prétendants à la mairie de Québec. Si les chefs des trois principaux partis sont plus connus, les profils des autres noms qui figureront sur les bulletins de vote sont à découvrir. Voici les aspirants à la mairie de Québec en ordre alphabétique.

Un texte de Marie Maude Pontbriand

Daniel Brisson est chef de l'Alliance citoyenne de Québec, un parti fondé en 2016. Cet informaticien de 48 ans est père de famille. Il a étudié l'informatique au cégep et a complété un baccalauréat en science politique. M. Brisson n'en est pas à ses premiers essais en politique. Il a tenté de se faire élire comme conseiller municipal en 2005 et comme député provincial conservateur en 2012.

Claude Gagnon se présente à la mairie de Québec comme candidat indépendant pour la troisième fois. L'octogénaire et sexologue à la retraite souhaite améliorer les conditions de vie des aînés. Il plaide notamment en faveur d'un accès gratuit au transport en commun pour les personnes âgées.

Jean-François Gosselin est chef du nouveau parti Québec 21. Le père de famille de 42 ans est détenteur d'une maîtrise en administration des affaires. Il a travaillé au sein d'entreprises québécoises avant de faire le saut en politique en 2007, alors qu'il a été élu au provincial sous la bannière adéquiste. Il a aussi été candidat libéral dans La Peltrie en 2012, mais n'a pas été élu.

Anne Guérette est à la tête de Démocratie Québec depuis décembre 2016. Son parti forme l'opposition officielle à l'hôtel de ville de Québec. Architecte de formation, elle est conseillère municipale depuis 2007. Elle mise notamment sur la démocratie participative et le développement durable pour se faire élire.

Diplômé en sociologie, Régis Labeaume est à la tête de la ville de Québec depuis la fin de l'année 2007. D'abord élu comme indépendant, il a ensuite formé son parti politique, Équipe Labeaume, qui est majoritaire au conseil municipal. Il brigue cette année un quatrième mandat. L'homme de 61 ans a oeuvré dans le domaine des affaires avant de faire le saut en politique.

Nicolas Lavigne-Lefebvre est le chef d'Option Capitale-Nationale, le quatrième parti politique à sauter dans l'arène pour les élections municipales du 5 novembre. Le nom évoque le parti provincial d'Option nationale (ON) et ce n'est pas un hasard. Le chef du nouveau parti, Nicolas Lavigne-Lefebvre est un ancien candidat d'ON dans le comté de Champlain, en Mauricie. Il étudie actuellement en droit et en science politique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine