Retour

Qui sont les Proud Boys, ce groupe qui cherche à « défendre l'Occident »?

Ils ont fait la manchette pour avoir affronté des manifestants autochtones à Halifax début juillet. Vêtus de leur polo Fred Perry, les membres du mouvement Proud Boys sont la plus récente incarnation du nationalisme populiste à la Donald Trump.

« West is the Best » [« l’Occident est meilleur »] – dans la même veine que le « Make America Great Again » scandé par le président américain – est la règle d’or du mouvement des Proud Boys, une organisation « chauviniste » et qui « refuse de s’excuser d’avoir créé le monde moderne ».

Fondé en 2016 par le Canadien Gavin McInnes, ancien de la revue Vice, le mouvement des Proud Boys compte plus de 16 000 membres sur sa page Facebook et possède même une section canadienne.

Au Québec, le groupe Facebook « Montreal Proud Boys » ne compte qu’une quinzaine de membres.

Les Proud Boys veulent un minimum d’interventions de l’État, sont pour les libertés individuelles, contre le « politiquement correct », contre la guerre aux drogues, pour la liberté d’expression et pour le port d’armes à feu.

Rite initiatique

Ne devient pas Proud Boy qui veut : le groupe possède son rite initiatique qui se décline en quatre étapes. Premièrement, l’aspirant doit s’affirmer comme tel et défendre publiquement les valeurs du groupe. Deuxièmement, il doit se faire rouer de coups par au moins cinq personnes et réussir à énoncer cinq marques de céréales. Cette mesure est censée souligner la capacité d’agir dans l’action des aspirants Proud Boys. Troisièmement, le candidat doit se faire tatouer « Proud Boy » et renoncer à la masturbation.

« Nous ne sommes en aucun cas de prudes victoriens, est-il écrit sur le site web officiel du mouvement pour expliquer le respect de cette dernière condition. Nous croyons seulement que l’énergie [mise à se masturber] peut être mieux utilisée en rencontrant des femmes, en se mariant et en ayant des enfants. »

La dernière étape, plus controversée, consiste à être impliqué dans une bataille pour défendre la cause. D’abord perçue comme une invitation à la violence, la quatrième étape a récemment été clarifiée par Gavin McInnes. « La quatrième étape n’est pas pour attaquer, c’est pour se défendre », explique le fondateur du mouvement qui a déjà invité ses partisans à « péter la gueule aux antifascistes ».

L’organisation a d’ailleurs mis sur pied en avril dernier son propre « bras armé », le Fraternal Order of Alt Knights pour « se protéger contre les attaques préméditées du groupe marxiste Anti-Fa [pour antifascistes]. »

Chauvinistes ou racistes

Au Canada, le groupe s’est retrouvé dans les manchettes après que cinq de ses membres ont confronté des manifestants autochtones à Halifax qui dénonçaient les célébrations du 150e anniversaire de la Confédération.

Les cinq hommes, qui ont été identifiés comme étant des militaires canadiens, ont depuis été suspendus et « leur carrière militaire est certainement remise en question », a annoncé au début de juillet le général Jonathan Vance, chef d’état-major de la Défense.

En entrevue à l’émission Power and Politics de CBC, Gavin McInnis a défendu les cinq hommes qui « ne faisaient qu’aller voir ce qui se passait ». Selon le fondateur du mouvement, les militaires sentaient que le pays était menacé par cette manifestation et qu’il était de leur devoir d’aller voir ce qui se passait.

« C’est juste un club pour hommes », a-t-il également expliqué en précisant que l’organisation ne se dit ni sexiste ni raciste et est ouverte à tous ceux affirmant que l’Occident est meilleur.

Gavin McInnes a notamment fait beaucoup réagir sur les médias sociaux en publiant une vidéo intitulée 10 Things I Hate About Jews [10 choses que je déteste à propos des Juifs] qui a depuis été retitrée 10 Things I Hate About Israel. Il a lui-même avoué « devenir de plus en plus antisémite. »

Les Proud Boys refusent l’étiquette du « alt-right », mouvement d’extrême droite de plus en plus populaire aux États-Unis, jugée trop radicale. Ils se définissent plutôt comme « alt-lite » (alt-léger).

« Si on regarde ce qui se passe sur les médias sociaux, c’est bien plus que cela, estime la professeure Barbara Perry, de la University of Ontario Institute of Technology. Le groupe est fondé sur la même rhétorique traditionnelle que les groupes d’extrême droite populistes. »

La professeure, qui a mené une étude sur l’extrême droite au Canada, souligne la volonté des Proud Boys de défendre le pouvoir des hommes blancs en adoptant un discours anti-immigrants.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine