Retour

Rapport de Paul St-Pierre-Plamondon : le PQ devant son manque de fiabilité et de constance

De son rapport « Oser repenser le PQ », on a surtout retenu le constat de Paul St-Pierre-Plamondon selon lequel le Parti québécois était devenu « figé, conservateur et vieillissant ». Et avec 68 % des membres qui ont plus de 55 ans, c'est un constat assez inévitable.

Une analyse de Michel C. Auger, animateur de Midi info

Mais on a oublié un autre constat tout aussi important si on veut comprendre pourquoi les électeurs, et les plus jeunes et ceux issus de l’immigration en particulier, ont délaissé le PQ ces dernières années, soit son manque de fiabilité et de constance.

On n’a qu’à regarder le bilan que fait PSPP de plusieurs des contradictions entre le discours du PQ et les positions du gouvernement de Pauline Marois : exploitation du pétrole à Anticosti, abandon de la réforme du mode de scrutin, le dossier de l’amphithéâtre de Québec, la cimenterie McInnis, etc.

Pas étonnant qu’à part la volonté de tenir un référendum, dit PSPP, les électeurs ont du mal à savoir quelles sont les valeurs et les positions du PQ. On croit même, parmi les membres de longue date, que le PQ a oublié les racines humanistes de son fondateur, René Lévesque.

Le dossier où les valeurs du PQ sont les plus difficiles à identifier pour les électeurs québécois est certainement celui de l’identité et de la laïcité, auquel le rapport de PSPP consacre de longs passages. C’est une question qui a éloigné du PQ à la fois les jeunes électeurs et les Québécois issus de la diversité.

Mais c’est une question où le PQ a énormément de mal à se donner des positions qui soient cohérentes et qui puissent lui permettre d’élargir ses appuis.

Ainsi, la « quasi-totalité des jeunes rencontrés ont peu d’intérêt pour le débat sur les signes religieux et ne voient pas le lien entre laïcité et identité ». Et PSPP reconnaît que « la Charte des valeurs a créé une méfiance » et fait craindre l’instrumentalisation de certains enjeux ou de certains groupes à des fins électorales.

Souffler le chaud et le froid

Or, depuis l’épisode de la Charte des valeurs, le PQ n’a cessé de souffler le chaud et le froid sur ces questions, aussi, son propos a été loin d’être constant et cohérent.

Ainsi, il y a quelques jours seulement, dans la foulée de l’attentat de la mosquée de Québec, le chef du PQ, Jean-François Lisée, présentait une série de propositions fort intéressantes pour favoriser l’intégration des immigrants.

Mais ça ne visait pas à remplacer les propositions faites à peine trois mois plus tôt en matière de signes religieux qui rappelaient la Charte des valeurs.

Ces propositions rappelaient beaucoup celles que M. Lisée avait faites pendant la course à la direction du PQ quand il faisait flèche de tout bois sur cette question, allant même jusqu’à reprocher à l’un de ses adversaires d’avoir envoyé un simple tweet soulignant la fin du ramadan.

Aujourd’hui, le rapport de PSPP propose plutôt que le PQ maintienne « un calendrier des événements importants pour chacune des communautés ».

De même, son rapport propose de « faire de la lutte à la discrimination à l’emploi, au racisme et au profilage racial une priorité » de la prochaine campagne électorale.

Mais, en même temps, le rapport souligne que, pour certains membres du PQ, le seul fait de « s’intéresser à l’inclusion sociale des communautés culturelles, à leur réalité et à leurs besoins et les inviter à participer au PQ équivaut à souscrire à une démarche multiculturaliste ».

En fait, le PQ a tout sauf une démarche cohérente en matière d'intégration et d'identité. Et il serait bien surprenant qu'il puisse retrouver des électeurs plus jeunes ou issus de l'immigration avant d'avoir mis de l'ordre dans ses propres positions.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les plus beaux hôtels écologiques du monde