Retour

Réactions au rapport sur Promotion Saguenay, Diffusion Saguenay et la Zone portuaire

L'ex-maire de Saguenay, Jean Tremblay, prend avec un grain de sel le rapport du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) portant sur la gestion de Promotion Saguenay, de Diffusion Saguenay et de la Zone portuaire de Chicoutimi.

Jean Tremblay estime que, sous sa gouverne, Promotion Saguenay a amélioré la santé économique de la ville, grâce à l'ex-directeur Ghislain Harvey.

Sur le constat du rapport qui souligne que des employés ont été embauchés sans appel de candidatures, Jean Tremblay indique que son objectif a toujours été d'être efficace.

Il ajoute ne rien regretter parce qu’il estime avoir obtenu des résultats probants.

Soulagement chez Diffusion Saguenay

Le président intérimaire de Diffusion Saguenay, Phil Desgagné, se dit heureux de pouvoir passer à autre chose, affirmant que le climat de suspicion était lourd. Devant la critique du ministère concernant l'octroi de contrats, il affirme que l'organisme en a toujours eu pour son argent et qu'il a favorisé des entreprises locales.

Il y avait tellement de rumeurs, il y avait toutes sortes de choses, moi je suis content que ça sorte, ça va enlever les qu’en-dira-t-on, les possibilités de ci, de ça. Moi, je pense que les gens qui vont bénéficier de ça, dans notre cas à nous à Diffusion Saguenay, ce sont les employés. Parce que des fois on parlait de malhonnêteté, de toutes sortes de subterfuges, mais il n’y en a pas eu! Il n’y en a pas et le rapport est très clair là-dessus.

Un deuxième rapport en cinq ans

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, juge plutôt inquiétantes les conclusions du rapport du MAMOT.

Il avait lui-même commandé une vérification des fonctionnaires chez Promotion Saguenay à l'époque où il était ministre des Affaires municipales. Il n'est donc pas surpris que le nouveau rapport constate à nouveau des irrégularités quant à l'octroi de contrats du temps de l'ancien maire Jean Tremblay.

Les faits saillants sont de nature à soulever beaucoup de questions. Quand on parle de double mandat, quand on parle de problèmes de gouvernance, je peux bien croire qu’il y avait des défis économiques à relever au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais il ne faut pas que ça se fasse au détriment de la transparence, au détriment de la saine gestion. Ça ajoute sur l’ensemble de l’œuvre, conclut-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards