Retour

Recherche universitaire : investissement record à Montréal

Le gouvernement fédéral investit 900 millions de dollars dans la recherche universitaire en octroyant un financement à 13 établissements postsecondaires à travers le Canada. De cette somme, les universités montréalaises se voient attribuer 213 millions.

Cette manne provient du Fonds d'excellence en recherche Apogée Canada qui a pour objectif d'investir de manière stratégique dans les projets de recherche des établissements postsecondaires qui pourraient leur permettre de devenir des chefs de file mondiaux.

Selon le recteur de l'Université de Montréal, Guy Breton, l'investissement d'Ottawa atteint des sommes records. « C'est la plus importante subvention de recherche de l'histoire de notre établissement. La plus importante. Et je pense qu'avec mes collègues on peut dire que c'est le plus grand ensemble d'annonces de subventions à Montréal de l'histoire de Montréal », affirme-t-il.

L'Université de Montréal disposera de 93,5 millions de dollars pour des travaux sur l'intelligence artificielle qui ont pour but de doter les ordinateurs d'un rendement quasiment équivalent à celui d'un humain.

De son côté, l'Université McGill se voit attribuer 84 millions de dollars qui iront à la recherche sur le cerveau et à la création d'un centre d'excellence mondial. La maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson et les autres troubles neurologiques touchent près de 4 millions de Canadiens.

La principale et vice-rectrice de l'établissement, Suzanne Fortier, estime que cette initiative révolutionnera le traitement des maladies cérébrales.

Quant au professeur Alan Evans, chef de groupe adjoint à l'Institut et hôpital neurologiques de Montréal de l'Université McGill, il se réjouit que cet argent « permette d'attirer des scientifiques de niveau international à Montréal ».

Son laboratoire est déjà reconnu mondialement pour son atlas du cerveau : une carte 125 000 fois plus précise qu'une image obtenue par résonance magnétique. Cet outil est utilisé par des milliers de chercheurs dans le monde et aide déjà les médecins dans le traitement de la maladie de Parkinson.

De son côté, Polytechnique Montréal reçoit 35,6 millions pour la mise sur pied d'un institut chargé de concevoir la prochaine génération de technologies médicales.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine