Retour

Redécoupage de la carte électorale : un premier pas rassurant, selon la Fédération acadienne en N.-É.

En Nouvelle-Écosse, le comité chargé de mettre sur pied une commission qui redessinera la carte électorale a tenu sa première réunion. Il n'a pas fait mention d'un nombre maximal de circonscriptions pour la province, ce qui est un premier pas encourageant pour la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE).

« On trouve ça rassurant que le comité spécial ait choisi de ne pas fixer de maximum et de minimum à la commission et de laisser cette décision-là à la commission », a indiqué Marie-Claude Rioux, directrice générale de la FANE, après la réunion tenue mercredi à Halifax.

« Ça répond à une partie de nos inquiétudes, dit-elle, pour cette fois-ci, parce qu’on sait que c’est toujours dans la loi. »

Selon le projet de loi provincial, la commission aura pour mandat de proposer une nouvelle carte électorale de 51 circonscriptions, ce qui est égal au nombre actuel, ainsi qu'une autre en comptant davantage.

Mme Rioux espère maintenant que les autres intervenants qui se prononceront au fil du processus auront « la même sagesse ».

La FANE s’oppose à ce que la Nouvelle-Écosse soit tenue de respecter un nombre fixe de circonscriptions électorales, car cela pourrait inciter la province à créer des circonscriptions non contiguës.

Selon ce modèle, un seul élu à l’Assemblée législative pourrait représenter des communautés acadiennes vivant sur des territoires éloignés les uns des autres. La FANE estime que les Acadiens seraient mal représentés et que cela aurait pour effet de diminuer le nombre de circonscriptions acadiennes.

Le comité législatif, qui est composé de députés de chaque parti représenté à l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse, doit mettre sur pied une commission indépendante qui sera chargée du redécoupage de la carte électorale.

Cette commission devrait compter huit ou neuf membres.

Ces membres ne doivent pas être des élus canadiens anciens ou actuels, ni des membres du Sénat.

La commission devra compter un membre de la communauté acadienne et un de la communauté noire néo-écossaise.

Le redécoupage, qui pourrait être l’un des plus complexes qu’ait connu la province, sera le premier depuis 2012. Le gouvernement néo-démocrate de l’époque avait annexé les circonscriptions acadiennes protégées, une décision depuis jugée inconstitutionnelle par les tribunaux.

Les membres du comité législatif doivent soumettre les noms des futurs membres de la commission d’ici un mois.

Le redécoupage de la carte électorale devrait être accompli d’ici 10 à 12 mois. Les prochaines élections provinciales en Nouvelle-Écosse devraient avoir lieu en 2021.

Avec les informations d'Olivier Lefebvre

Plus d'articles