Retour

Réforme du mode de scrutin : réactions régionales

Les députés fédéraux Karine Trudel et Denis Lebel n'ont pas tardé à réagir à la décision du gouvernement Trudeau de renoncer à modifier le mode de scrutin dans le présent mandat.

La députée du Nouveau Parti démocratique (NPD) dans Jonquière, Karine Trudel, ne comprend pas cette volte-face alors qu'un comité formé de tous les partis d'opposition recommandait la tenue d'un référendum sur un mode de scrutin proportionnel.

C’est une trahison envers tous les citoyens et citoyennes.

Karine Trudel, députée NPD dans Jonquière

La députée de Jonquière est d'autant plus choquée qu'elle a tenu des consultations sur le sujet avec des citoyens de sa circonscription en septembre.

« Partout au Canada, 90 % des citoyens consultés étaient prêts pour un mode de scrutin proportionnel », indique-t-elle.

Denis Lebel n’est pas étonné

Pour sa part, le député conservateur de Lac-Saint-Jean n'est pas surpris de l'abandon de cette promesse électorale de Justin Trudeau.En entrevue à L’heure de pointe, Denis Lebel a mentionné que les libéraux n’avaient pris cet engagement que pour se faire élire.

Ils voulaient dépasser le NPD sur la gauche, pour aller chercher des votes au NPD. Il [Justin Trudeau] a réussi à le faire et il est devenu premier ministre.

Denis Lebel, député conservateur de Lac-Saint-Jean

Denis Lebel rappelle que les conservateurs demandaient une consultation de la population à ce sujet. Contrairement à la position de Karine Trudel, M. Lebel maintient que la population ne semble pas vouloir de changement au mode électoral.

« Le deux tiers de la population du Canada dit que le système actuel fait leur affaire », rappelle-t-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine