Retour

Réforme électorale à l'Î.-P.-É.: le premier ministre veut un référendum en 2019

Le premier ministre doit déposer une motion à cet effet devant l'Assemblée législative, jeudi.

Le mode de scrutin proportionnel mixte est arrivé en tête lors d'un récent plébiscite sur la réforme électorale à l'Île-du-Prince-Édouard.

Mais dans sa motion, dont Radio-Canada a obtenu copie, Wade MacLauchlan juge que le taux de participation au plébiscite du 29 octobre au 7 novembre a été « proportionnellement bas » par rapport à d'autres scrutins dans la province. La combinaison d'un référendum avec les prochaines élections générales ferait « indubitablement » augmenter la participation, selon lui.

Lors d'un éventuel référendum, les électeurs de l'Île-du-Prince-Édouard seraient appelés à choisir entre le mode de scrutin proportionnel mixte et une « alternative » qui serait choisie par les députés à la suite d'un débat.

Il pourrait s'agir du mode de scrutin actuel, uninominal majoritaire à un tour.

Ironiquement, il s'agirait alors de la même question référendaire qu'en 2005, lors d'une première consultation sur le mode de scrutin à l'Île-du-Prince-Édouard.

Contrairement à un plébiscite, le résultat d'un référendum serait contraignant pour le gouvernement.

Les élections de 2019 à l'Île-du-Prince-Édouard seraient tenues selon le mode de scrutin actuel.

Cette motion du premier ministre Wade MacLauchlan intervient alors que le chef du Parti vert, Peter Bevan-Baker, accuse le gouvernement libéral d'obstruction lors d'un premier débat sur la réforme électorale à l'Assemblée législative, mardi soir.

Mark Greenan, de la Coalition de l'Î.-P.-É. pour la représentation proportionnelle, ne voit pas l'utilité d'une deuxième consultation. Il exhorte le gouvernement à respecter le résultat du récent plébiscite qui serait suffisamment clair, à ses yeux.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?