Retour

Réforme électorale au N.-B. : ne pas répéter les erreurs de l'Î.-P.-É.

Le politologue de l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard, Don Desserud, estime qu'il y a des leçons à tirer de l'expérience insulaire en matière de réforme électorale. C'est ce qu'il a exprimé vendredi devant la Commission sur la réforme électorale du Nouveau-Brunswick.

« La motivation du gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard n’a jamais été claire », soutient le politologue.

Au moment d’analyser l’expérience référendaire de l’Île-du-Prince-Édouard, ce dernier en a profité pour souligner quelques failles du processus.

M. Desserud a entre autres soulevé des questions sur l'intelligibilité du processus. Il a rappelé qu’il était important que le public comprenne bien ces enjeux pour prendre des décisions éclairées.

Si un nouveau mode de scrutin est proposé, soutient-il, il faut qu’il soit simple. À défaut de quoi, le public se sentira moins interpellé, voire moins participer au processus électoral et à l’exercice politique.

Par ailleurs, il ne croit pas que le référendum soit le meilleur véhicule pour tâter le pouls de la population à ce sujet. Il estime qu’il serait préférable d’en faire un enjeu principal lors d’une campagne électorale.

Le politologue reconnaît que les politiciens ont probablement des enjeux plus importants qu’ils souhaitent davantage mettre de l’avant.

Les travaux sur la réforme électorale du Nouveau-Brunswick doivent se poursuivre lundi prochain, au Nouveau-Brunswick.

D’après le reportage de Michel Corriveau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine