Retour

Rejet du projet d’agrandissement de l’UQO par le fédéral : déception dans la région

La déception est palpable à Gatineau, vendredi, à la suite du refus du gouvernement fédéral de financer le projet d'agrandissement de l'Université du Québec en Outaouais (UQO). La direction de l'établissement souhaitait recevoir des fonds en vertu du Fonds d'investissement stratégique (FIS) pour les établissements postsecondaires.

L'UQO explique que son projet « visait à rapatrier et à améliorer les installations de recherche et d’enseignement du pavillon Lucien-Brault à son pavillon situé sur le boulevard Alexandre-Taché ». L'Université voulait, entre autres, construire de nouveaux locaux.

La direction de l'établissement affirme qu’elle n’a pas été informée des raisons du refus du gouvernement fédéral.

« Nous sommes très déçus que notre projet ait été rejeté, mais nous ne baissons pas les bras », affirme le recteur Denis Harrisson, dans un communiqué. « Nous allons retourner à la table à dessin dès aujourd’hui et nous allons continuer de travailler en étroite collaboration avec le gouvernement du Québec pour trouver des solutions afin de réaliser notre projet le plus rapidement possible. »

Nous avons un statut particulier en enseignement supérieur en Outaouais et nous comptons nous en servir sans plus tarder pour développer notre université à son plein potentiel.

Denis Harrisson, recteur de l'UQO, par voie de communiqué

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, soutient qu’il est sidéré par ce refus. Il dit qu’il s'explique mal que des établissements comme le Collège Algonquin aient obtenu du financement et pas l’UQO, qui souffre selon lui de sous-financement.

Selon l’UQO, 101 projets ont été choisis sur les 276 projets soumis par les établissements d’enseignement collégial et universitaire du Québec.

Le recteur Harrisson souligne que « l’Outaouais accuse toujours un retard historique en ce qui a trait aux investissements dans le secteur de l’éducation postsecondaire et qu’avec une annonce comme celle d’aujourd’hui, qui exclut l’UQO, l’écart ne fait que s’accentuer ».

Plus d'articles

Commentaires