Retour

Relations avec le Québec : Brad Wall affirme défendre ses intérêts

Au lendemain de l'annonce de son retrait de la vie politique, le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, affirme qu'il a bien représenté les intérêts de sa province auprès de ses homologues québécois.

Un texte d’Anouk Lebel

« Si je pense que le fait que la population de la Saskatchewan envoie des paiements de péréquation d’un demi-milliard de dollars au reste du pays n’a pas de sens quand le baril de pétrole vaut 50 $, je vais le dire », affirme-t-il.

M. Wall a souvent critiqué le système de péréquation, qui pénalise, selon lui, les provinces productrices de pétrole et de gaz naturel, au profit des provinces qui ont d'énormes réserves hydrographiques, comme le Québec et le Manitoba.

Il a aussi vivement défendu le projet de pipeline de TransCanada, Énergie Est, et invité les maires de la région de Montréal qui s’y opposaient à rembourser leurs paiements de péréquation aux provinces de l’Ouest.

M. Wall laisse par ailleurs entendre que ses relations avec le premier ministre québécois, Philippe Couillard, sont bien différentes de celles qu’il entretenait avec l’ex-première ministre Pauline Marois. « Demandez à Philippe Couillard et à Pauline Marois [ce qu’ils pensent de moi], je crois que leur réponse sera bien différente. »

Il se rappelle qu’à l’époque où Pauline Marois était au pouvoir, en 2014, cette dernière l'avait traité de « ratoureux ». « J’ai dû regarder ce que ça voulait dire », se souvient-il. « J’ai pensé qu’elle devait être fâchée par rapport à quelque chose que j’avais dit. »

Quant à sa relation avec le premier ministre actuel Philippe Couillard, il affirme qu’elle est très bonne. « Je pense que nous avons une bonne relation et une solide amitié et travailler avec lui va me manquer. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine