Retour

Remaniement ministériel : le ministère des Affaires autochtones scindé en deux

Avec en tout six ministres qui ont changé de poste, le remaniement ministériel de Justin Trudeau s'avère plus important qu'attendu. Deux ministres seront responsables des questions autochtones, soit Jane Philpott (qui détenait le portefeuille de la Santé) et l'actuelle titulaire, Carolyn Bennett.

La première occupera le poste de ministre des Services aux Autochtones et la seconde celui de ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord.

La ministre Philpott s’attaquera aux problèmes de bien-être des Autochtones, dont la santé et l’eau potable, alors que Mme Bennett sera chargée des droits issus des traités.

L’ancien ministère des Affaires autochtones n’a pas été pensé pour favoriser des partenariats avec les Premières Nations, a constaté le gouvernement, qui entend changer cette relation.

Justin Trudeau assure que cette restructuration n'est pas un aveu d'échec, mais plutôt l'aboutissement d'un travail bien fait. La structure qui entoure les affaires autochtones et les fonctionnaires qui travaillent à faire avancer la cause de la réconciliation n’a plus les capacités d'encadrer un vrai partenariat avec les Premières Nations, selon le premier ministre.

Romeo Saganash, porte-parole du Nouveau Parti démocratique pour les Affaires intergouvernementales autochtones, croit au contraire que le gouvernement libéral n'est pas parvenu jusqu'à présent à aborder dans leur ensemble les immenses défis auxquels les communautés autochtones sont confrontées au Canada.

À plus long terme, le gouvernement veut établir un processus de consultation avec les peuples autochtones pour reconnaître leurs droits et avoir un cadre qui fera en sorte qu'ils soient respectés, quel que soit le gouvernement au pouvoir. Cette responsabilité incombera à la nouvelle ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord.

Quant au ministère de Jane Philpott, il s’assurera que les services adéquats soient davantage assurés par les peuples autochtones eux-mêmes, et non par le gouvernement.

Carolyn Bennett restera toutefois responsable de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA), qui a essuyé de nombreuses critiques jusqu’à présent. Plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer le manque de progrès des travaux.

La commission d’enquête sur les femmes disparues a aussi dû faire face à une vague de démissions qui ajoute aux problèmes de lenteur. En tout, sept personnes ont quitté le bateau depuis le début de l’année.

Dans la foulée du dernier départ en date, celui de la directrice des relations avec les communautés, Waneek Horn-Miller, des dizaines de membres des familles, des militants et des universitaires avaient écrit une lettre ouverte au premier ministre Justin Trudeau pour lui demander que cette enquête reparte sur de nouvelles bases.

Autodétermination des peuples autochtones

« Une partie de ce que l’on est en train de faire aujourd’hui, c’est de reconnaître qu’il y a deux différentes approches. Entre la Couronne et les peuples autochtones, il y aura toujours des responsabilités d’avoir quelqu’un d’engagé là-dessus jusqu’à la fin des temps au Canada », a précisé Justin Trudeau.

Il espère toutefois tendre vers une certaine autonomie gouvernementale des peuples autochtones.

« [...] Au niveau des services, on espère que dans quelques décennies, nous allons avoir une situation où les services auprès des peuples autochtones vont être livrés par les communautés autochtones, par les gouvernements autochtones eux-mêmes directement. C’est pour faciliter cette transition que nous avons pris cette décision aujourd’hui », a poursuivi le premier ministre.

Plus de la moitié des communautés autochtones sont encore privées d’eau potable en 2017. En début d’année, plus de 70 Premières Nations étaient soumises à un avis de faire bouillir l’eau depuis plus d’un an. Le gouvernement Trudeau avait promis de faire lever tous ces avis à long terme d’ici cinq ans.

Le premier ministre Trudeau a répété l'engagement de son gouvernement d’éliminer ces avis de faire bouillir l'eau dans l'ensemble des communautés autochtones d'ici cinq ans, comme « nous l'avions promis lorsque nous avons été élus ».

Les autres portefeuilles

Ginette Petitpas Taylor, ancienne secrétaire parlementaire du ministre des Finances, devient ministre de la Santé en remplacement de Jane Philpott.

Le député fédéral de Saint-Jean-Sud-Mount Pearl, Seamus O'Regan, est quant à lui nommé ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale. L’homme de 46 ans sera le représentant de Terre-Neuve-et-Labrador au Conseil des ministres de Justin Trudeau.

Le ministre des Anciens Combattants actuel, Kent Hehr, hérite du portefeuille de ministre des Sports et des Personnes handicapées, qui était détenu par l’ancienne championne paralympique Carla Qualtrough. Cette dernière vient remplacer Judy Foote au ministère des Services publics et de l’Approvisionnement, toujours aux prises avec le chaos du système de paye Phénix, qui multiplie les erreurs dans les salaires des fonctionnaires fédéraux.

Au printemps, Mme Foote avait pris un congé qui se voulait temporaire, citant des raisons personnelles et familiales. Le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr, s'était alors vu confier ses responsabilités.

Plus d'articles

Commentaires