Retour

Remboursement des services ambulanciers : les CUPR poursuivent leurs démarches

Le litige opposant la Ville d'Ottawa à ses voisines au sujet de l'absence d'une entente prévoyant le remboursement de frais reliés aux services paramédicaux se poursuit. Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) continuent d'exercer des pressions politiques pour régler ce différend.

Les services d'urgence des CUPR sont plus que jamais appelés à intervenir sur le territoire de la Ville d'Ottawa. C'est notamment le cas des paramédicaux de la station numéro 2 de Clarence Creek, qui se trouve à une dizaine de minutes du quartier Cumberland dans l'est d'Ottawa.

Cette problématique fait la manchette depuis que la province n'oblige plus les municipalités à s'entendre entre elles pour le remboursement des frais reliés aux services paramédicaux.

Or, depuis le début de l'année, l'absence d'une entente désavantage les services paramédicaux des municipalités limitrophes d'Ottawa, qui sont beaucoup plus souvent appelés à répondre à des appels d'urgence sur le territoire de leur voisine que l'inverse.

Des dépenses importantes pour les CUPR

Ce déséquilibre a entraîné des coûts importants pour les CUPR en 2016. Si on ne tient pas compte de la contribution de la province, on estime qu'il en a coûté environ 750 000 $ aux CUPR pour les appels d'urgence pour lesquels ils sont intervenus sur les territoires de la Ville d'Ottawa et des Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry.

Entre-temps, les autorités régionales continuent de talonner le gouvernement ontarien pour dénouer l'impasse.

Appelé à commenter la situation, le directeur du Service paramédical d'Ottawa, Anthony Di Monte, a indiqué n'avoir rien à ajouter à ce sujet. Il a précisé que la Loi sur les ambulances est ainsi faite et que la situation sur le terrain devrait bientôt s'améliorer avec l'ajout de ressources.

D'après les renseignements de Denis Babin

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine