Retour

Renouveau Lévis veut un train de banlieue entre les deux rives

Renouveau Lévis souhaite que le dialogue reprenne avec la Ville de Québec afin de développer un projet de transport en commun entre les deux rives du Saint-Laurent.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

Le parti qui présente des candidats dans quatre des 15 districts de Lévis propose notamment d’utiliser les voies ferrées du pont de Québec pour y développer un train de banlieue.

« Si on avait été élu en 2013, vous auriez un train de banlieue. C’est ce qu’on aurait pu apporter. On veut s’engager à porter cette idée-là pour les quatre prochaines années », assure le chef du parti, Éric Lambert, qui a renoncé à affronter Gilles Lehouillier à l’élection du 5 novembre.

Renouveau Lévis estime qu’une meilleure utilisation des voies ferrées désengorgerait le trafic et justifierait le financement et l’entretien du pont de Québec.

Les candidats croient qu’il serait possible de mettre rapidement en place une navette entre les gares de Sainte-Foy et de Charny. Celle-ci permettrait une traversée en 10 minutes.

« À Charny, il y a déjà du personnel qualifié. Il resterait à s’assoir avec VIA Rail pour l’implanter et à orchestrer le Réseau de transport de la Capitale (RTC) et la Société de transport de Lévis avec des métrobus », explique la candidate dans Charny, Maryse Labranche.

Le chef du parti, Éric Lambert, soutient que le ministère des Transports du Québec (MTQ) a des études en main qui défendent la viabilité d’un train de banlieue entre les deux rives.

« On dit que le MTQ les a tablettées. Mais pourquoi VIA Rail peut utiliser les voies ferrées ? C’est inconcevable qu’un service de train puisse les utiliser alors que nous autres on veut en mettre un nouveau et on ne pourrait pas », argumente-t-il.

Renouveau Lévis demande au gouvernement de rendre publiques toutes les études réalisées sur la mobilité régionale.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine