Retour

Retrait des CF-18 : Justin Trudeau garde le cap

Malgré les attentats terroristes à Paris, le premier ministre canadien affirme qu'aucun homologue présent au sommet du G20 à Antalya, en Turquie, ne lui a demandé de renoncer à sa promesse électorale de cesser les frappes aériennes canadiennes contre le groupe armé État islamique.

Justin Trudeau n'a cependant donné aucun échéancier pour le retrait des CF-18 lors de la conférence qu'il a donnée lundi.

Il a déclaré qu'il avait des discussions avec les alliés du Canada afin de déterminer quelle sera la meilleure façon pour le pays de contribuer militairement à l'intervention contre l'EI en Irak et en Syrie.

Condamnant de nouveau les « attaques horribles » revendiquées par le groupe armé État islamique (EI) en Syrie et en Irak, il a réitéré l'intention de son gouvernement de renforcer l'entraînement qu'il donne aux combattants kurdes qui affrontent les djihadistes.

Pour l'instant, cependant, les Forces armées canadiennes poursuivent leurs frappes aériennes contre l'EI. Dimanche, deux avions de chasse ont atteint, avec des bombes à guidage de précision, une position de combat du groupe au sud-ouest de Haditha, en Irak.

La Force opérationnelle interarmées en Irak compte six chasseurs CF-18 Hornet, un aéronef de ravitaillement et deux aéronefs de patrouille. Quelque 70 formateurs militaires travaillent avec les combattants kurdes dans le nord de l'Irak. La mission en cours doit se poursuivre jusqu'à la fin mars.

M. Trudeau a précisé qu'il n'avait pas discuté avec son homologue américain Barack Obama du retrait des CF-18 ou encore de la question des réfugiés. Il a mentionné que cette discussion devrait se tenir plus tard cette semaine alors que la plupart des leaders convergeront vers Manille, la capitale des Philippines, où se déroulera le sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC).

Le Canada ouvre toujours ses portes aux réfugiés

M. Trudeau a par ailleurs dit comprendre l'inquiétude des Canadiens devant l'accueil de 25 000 réfugiés syriens avant la fin de l'année, un autre de ses engagements électoraux. Se voulant rassurant, il a affirmé que la sécurité des Canadiens faisait partie de cet engagement.

« Mais ça ne change pas notre engagement et notre croyance ferme que le Canada peut et doit en faire plus », a-t-il martelé.

Il a d'ailleurs indiqué qu'il discuterait des préoccupations sécuritaires soulevées par cette décision avec le président américain, Barack Obama, lors du Forum de la Coopération économique de la zone Asie-Pacifique (APEC), qui se tiendra aux Philippines, mercredi et jeudi.

Justin Trudeau a par ailleurs affirmé qu'il avait dit au président russe, Vladimir Poutine, que l'interférence en Ukraine devait cesser.

La veille, le premier ministre canadien a eu un dîner de travail avec les leaders du G20. Selon un porte-parole du bureau du premier ministre, M. Trudeau a notamment relevé que personne n'est à l'abri de la violence en rappelant l'attaque du parlement à Ottawa l'an dernier, quelques étages sous l'endroit où il se trouvait à ce moment-là. Il a assuré à ses collègues que le Canada continuerait d'être un « membre actif » de la coalition.

Avec des informations d'Emmanuelle Latraverse et Madeleine Blais-Morin

Plus d'articles

Commentaires