Retour

Rétrocession du quai : Chandler réalisera une étude

Chandler devrait lancer une étude de faisabilité sur l'exploitation du quai. Ces travaux permettront de déterminer s'il est réaliste pour la Municipalité de devenir propriétaire des installations de Transports Canada.

Un texte de Joane BérubéMême si cela fait déjà plusieurs années que la Municipalité de Chandler a démontré son intérêt à devenir propriétaire du quai, les véritables négociations avec Transports Canada ne sont toujours pas commencées. Jusqu’à maintenant, les discussions se sont déroulées avec la participation du ministère des Affaires municipales qui demeure un acteur important du dossier.

Québec veut en effet s’assurer de la viabilité du projet. La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, indique que le ministère des Affaires municipales devrait sous peu autoriser par décret la Municipalité à entamer les démarches avec Transports Canada.

Cette autorisation permettra de lancer une étude de faisabilité qui devrait inclure un plan d’affaires. Chandler doit prouver que le port sera utilisé de manière rentable et ne deviendra pas un poids pour le gouvernement du Québec. « Tout ça est payé par Transports Canada », assure la mairesse.

Les travaux de restauration sont toujours estimés entre 16 et 20 millions de dollars. Toutefois, le portrait se précisera au cours des prochains mois puisque Transports Canada réalisera une inspection complète du quai qui a plus de 50 ans de vie utile.

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, estime que sa municipalité ne peut pas se permettre de perdre le quai. « Si on veut se développer de façon industrielle et commerciale, ça nous prend un port de mer et un rail. Ça nous prend du transport », commente Mme Langlois.

Il n’est pas impossible aux termes des négociations que ce soit le gouvernement du Québec qui en devienne propriétaire, ajoute-t-elle.

Le quai de Chandler a été fermé à la circulation en août 2016. Le ministère estimait alors que la capacité portante du quai n'était plus en mesure d'assurer la sécurité des usagers.

Plus d'articles