Retour

Revenu minimum garanti : l'Ontario lance un projet pilote

L'Ontario va de l'avant avec un projet pilote pour un programme de revenu de base dans trois municipalités. La première ministre Kathleen Wynne en a fait l'annonce lundi à Hamilton.

Un texte de Julie-Anne Lamoureux

Hamilton, y compris Brantford et le comté de Brant, Thunder Bay et Lindsay participeront à ce projet pilote. Un programme parallèle distinct sera mis en place pour les membres des Premières Nations.

Le nouveau programme coûtera 50 millions de dollars par année à la province. Il avait été annoncé dans le budget de l'année dernière.

La première ministre Wynne assure qu'aucun participant ne verra sa situation financière s'aggraver.

Le revenu de base vise à aider les gens à intégrer le marché du travail ou à poursuivre leurs études.

Revenu garanti

Ainsi, une somme minimale sera octroyée aux participants :

  • Jusqu'à 16 989 $ pour une personne seule
  • Jusqu'à 24 027 $ pour un couple
  • Une somme additionnelle pouvant aller jusqu'à 6000 $ sera octroyée aux personnes vivant avec un handicap.

À noter qu'un participant qui travaille devra soustraire 0,50 $ de chaque dollar gagné.

Les participants admissibles continueront de recevoir l'allocation canadienne pour enfants et la prestation ontarienne pour enfants.

Le revenu minimum sera toutefois réduit pour ceux qui reçoivent des prestations d'assurance emploi ou du Régime de pensions du Canada.

Réactions

Sheila Regehr, la présidente du Réseau canadien pour le revenu garanti, affirme que l'idée a fait ses preuves au Manitoba dans les années 1970. « Ces expériences ont montré à quel point le revenu minimum garanti a un impact sur toute la communauté, raconte-t-elle. L'effet est bien plus grand que seulement sur les gens qui reçoivent le revenu minimum garanti. »

La professeure de sciences sociales à l'Université du Manitoba, Evelyn Forget, a étudié l'exemple de la communauté manitobaine de Dauphin. Selon elle, l'offre d'un revenu de base y a eu plusieurs avantages dans les années 1970 :

  • Amélioration de la qualité de vie
  • Moins d'hospitalisations
  • Plus d'élèves finissent leurs études secondaires

De son côté, le maire de Thunder Bay par intérim, Iain Angus, est très heureux de voir sa ville participer au projet pilote, mais il appréhende déjà la fin du programme. « Nous craignons qu'à la fin du projet pilote, dans trois ans, le projet s'arrête soudainement, dit-il. Ça prend souvent du temps pour les gouvernements d'analyser les résultats, développer des stratégies, obtenir des approbations pour le remettre en marche. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine