Retour

Révision des circonscriptions électorales au Manitoba

La Commission manitobaine de la division électorale examinera en 2018 les limites des circonscriptions en vue de la prochaine élection provinciale, prévue en 2020.

« La population dans la province change, et cet examen est nécessaire pour veiller à une représentation efficace de tous les habitants », rappelle la Commission dans un communiqué.

Selon elle, si une région connaît une augmentation ou une diminution importante de sa population, il pourrait être nécessaire d'en modifier les limites.

Le Manitoba compte 57 circonscriptions.

« Le résultat [de la révision] déterminera la manière dont les Manitobains sont représentés à l'Assemblée législative », souligne le juge en chef du Manitoba, Richard Chartier.

Pour Raymond Hébert, politologue qui a participé à deux commissions pour les élections fédérales, cet exercice est primordial. « Dans la province, ce processus est excellent. Il est très objectif et non partisan. Les membres sont fixés par la Loi électorale, et cela garantit la plus grande objectivité. »

Inquiétudes pour les francophones

M. Hébert a bon espoir pour la représentativité des francophones. Il croit que la présence du juge Chartier sera tout à leur avantage. « La réputation du juge n’est plus à faire, dit M. Hébert. Il a une connaissance approfondie des questions qui touchent la communauté. Je crois donc que les Franco-Manitobains seront considérés. »

Il rappelle que les francophones pourraient sortir gagnants de ce découpage électoral : « Lorsque la population évolue, ça peut donner lieu à des regroupements qu’on ne peut anticiper. Le sud de Winnipeg grossit considérablement et peut-être que les francophones se retrouvent nombreux dans certains quartiers. »

Le juge en chef du Manitoba encourage les Manitobains à faire part de leur opinion « afin que le processus de répartition électorale soit équitable et transparent ».

Raymond Hébert invite aussi les Franco-Manitobains à faire entendre leur voix. « Je crois que les francophones notamment en milieu rural et urbain devraient faire connaître leurs préférences », déclare-t-il.

La Commission publiera sa proposition en juin. La participation sera encore plus importante après ce dévoilement, précise M. Hébert. « Lorsqu’on verra une ébauche du tracé des circonscriptions, s’il y a des iniquités, la communauté devra se mobiliser et faire connaître ses impressions. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité