Retour

Rôle des conseillers municipaux : divergences entre Yves Lévesque et certains élus

Les nouveaux conseillers de Trois-Rivières mettent-ils trop de pression sur la fonction publique trifluvienne? C'est ce que croit le maire Yves Lévesque. Des conseillers municipaux sont plutôt d'avis qu'ils sont en train de changer la culture à l'hôtel de ville, pour le mieux.

Un texte de Marilyn Marceau

En marge de la séance du conseil municipal de mardi soir, le maire Yves Lévesque a affirmé qu'il croit que les conseillers municipaux font de la « microgestion » inutile et qu'ils mettent ainsi trop de pression sur les fonctionnaires de la ville.

Le maire a cité un compte-rendu d'un groupe de travail sur les ressources humaines daté du 5 avril qui dit que « les personnes qui font des semaines de 50 à 60 heures ne sont plus des exceptions ».

Selon lui, tout cela aura un coût.

« Si c’est le style de gestion qu’ils veulent avoir, hands on sur les opérations de tous les jours, c’est un choix, mais si on fait cela, on alourdit le travail de nos fonctionnaires, plaide-t-il. La réingénierie qu’on a faite, on la met aux poubelles et on réengage du monde, pas de problème, mais ils vont les voir au budget les conséquences de tout cela. »

Le maire Yves Lévesque affirme que des fonctionnaires sont essoufflés en raison de l'augmentation de la charge de travail depuis l'arrivée en poste de l'actuel conseil municipal, composé de plusieurs nouveaux élus.

La conseillère Mariannick Mercure croit que le maire n'apprécie simplement pas le changement provoqué par l'arrivée de nouveaux élus.

« On n'a pas du tout le même son de cloche qu'Yves Lévesque », affirme la conseillère qui dit avoir croisé des fonctionnaires qui sont heureux du vent de renouveau qui souffle à l'hôtel de ville.

Le conseiller Claude Ferron affirme qu'un comité a demandé à ce qu'un employé vienne prendre des notes, mais il ne croit pas que ce genre de requêtes ou que les questions posées par les nouveaux élus causent autant de problèmes. « Je ne pense sérieusement pas qu'avec les questions que je pose, je suis en train d'embourber [la fonction publique] », dit-il.

Le conseiller François Bélisle reconnaît que les fonctionnaires sont davantage sollicités, mais il affirme que plusieurs apprécient d'être autant sollicités et que leur expertise soit prise en compte.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine