Retour

Rupture totale entre l’UPA Saguenay-Lac-Saint-Jean et le ministre de l’Agriculture

Les positions semblent irréconciliables entre le nouveau président de l'Union des producteurs agricoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean (UPA), Mario Théberge, et le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Pierre Paradis. Au cœur du différend : une déclaration du ministre au sujet des agriculteurs « multimillionnaires ».

Les propos tenus mercredi devant la presse parlementaire portaient sur les revendications des agriculteurs au sujet du crédit d’impôt foncier qui leur est accordé. « J’ai quelques cas, des multimillionnaires; ils vont passer Noël quand même », a alors déclaré le ministre.

UPA en colère

Le président régional de l’UPA, Mario Théberge, l’a mal pris, au point qu’il a annulé une rencontre privée qu’il devait avoir jeudi avec le ministre.

« Quand un ministre nous descend de même, nous ridiculise, nous méprise à ce point-là, je pense qu’on perd notre temps à essayer de s’entendre avec un individu de ce genre-là », tonne Mario Théberge, qui demande le départ immédiat du ministre.

Il rappelle que la plupart des agriculteurs peinent à vivre de leur production et sont loin de constituer un groupe de « multimillionnaires ».

« Il y a 50 % des producteurs agricoles au Québec qui ont des revenus bruts, j’ai bien dit bruts, de moins de 1000 $ », assure le syndicaliste agricole. Et très rares sont ceux qui arrivent à tirer des revenus dépassant le million de dollars, revenus auxquels il faut soustraire les coûts élevés de production.

L’UPA tiendra lundi une manifestation à Saint-Félicien devant le bureau du premier ministre, Philippe Couillard, pour dénoncer à nouveau la question du crédit d’impôt foncier et demander le départ du ministre Paradis. « Il va y avoir du monde à la messe », promet Mario Théberge.

Pierre Paradis maintient ses déclarations

Le ministre Pierre Paradis ne regrette pas ce qu’il a déclaré à la presse parlementaire, cette semaine, bien au contraire, mais assure qu’il parlait de certains producteurs en particulier.

« Quand on parle de multimillionnaires, on ne parle pas de fermes qui valent 2 M$, on parle de fermes qui valent 25 M$ et plus », a-t-il déclaré. La valeur moyenne des exploitations agricoles québécoises est effectivement de 2 M$.

Il ajoute que ces fermes ne se retrouvent pas au Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui va bénéficier, selon lui, de la réforme du programme de remboursement des impôts fonciers agricoles.

« Cette année, le budget qui est prévu pour le remboursement des taxes foncières des agriculteurs est de 145,5 M$. L’an prochain, ça va monter à 152 M$, puis à 160 M$ et 168 M$ en 2018 et 2019 », précise le ministre. Chiffres contestés par l’UPA qui constate plutôt que le crédit passe de 85 % à 78 %, et exclut désormais la taxe scolaire.

Malgré tout, Pierre Paradis martèle que les agriculteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean seront les grands gagnants de la réforme.

Sur son différend avec le président régional de l’UPA, le ministre propose à Mario Théberge de prendre exemple sur son prédécesseur, Yvon Simard.

Pierre Paradis affirme que « (Yvon Simard) a exercé un leadership à la fois contestataire et positif, et c’est ce que j’invite le nouveau président à faire ». Le ministre cite le travail de l’ex-président dans les dossiers du soutien au drainage et du chaulage agricole, en plus d’avoir réussi à convaincre l’entreprise Agropur à appuyer les producteurs dans le dossier du lait diafiltré.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine