Retour

Saint-Guy obligée de congédier sa directrice générale

Le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) somme la municipalité de Saint-Guy de congédier sa directrice générale, Andrée Ouellet, qui avait plaidé coupable d'abus de confiance lorsqu'elle occupait le même poste au sein de la municipalité de Saint-Médard.

Un texte de Jérôme Lévesque-Boucher

Andrée Ouellet a été arrêtée par l'UPAC en décembre 2014. Il lui est reproché d'avoir attribué de nombreux contrats municipaux à la compagnie de transport dont elle est copropriétaire avec son conjoint, Transport A. Beaulieu.

Ces actes se seraient déroulés entre 2009 et 2013. À cette époque, la municipalité de Saint-Médard avait pris la décision de garder la principale intéressée en poste. Toutefois, elle avait plaidé coupable à des accusations d'abus de confiance, en 2016.

Andrée Ouellet aurait pu être passible d'une peine d'emprisonnement de cinq ans. Elle s'en était tirée avec une probation de deux ans avec la condition de ne pas troubler l'ordre public. Elle devait également accomplir des travaux communautaires sur une période de huit mois.

Lors de la première séance ordinaire du nouveau conseil municipal ayant eu lieu le 6 novembre dernier, six des sept conseillers ont voté en faveur d'une résolution invitant Mme Ouellet à partir.

C'est à la suite d'une plainte formulée au MAMOT que le sous-ministre en est venu à la conclusion que Mme Ouellet devait être démise de ses fonctions. En vertu de l'article 269 du Code municipal du Québec, la directrice générale est forcée de quitter son poste.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine