Retour

Salaire minimum à 15 $ : l’administration Plante ira de l’avant

La Ville de Montréal a « la ferme intention » d'implanter prochainement le salaire minimum à 15 $ de l'heure pour ses employés. La mairesse Valérie Plante vient d'en informer différents organismes qui réclamaient une telle mesure, promise par Projet Montréal au cours de la dernière campagne électorale.

Un texte de Romain Schué

« Une telle politique salariale progressiste s’inscrit dans notre vision d’une économie montréalaise qui profite à tous et à toutes et d’une métropole égalitaire », écrit Valérie Plante dans cette correspondance datée du 25 mai, qu’a pu consulter Radio-Canada.

Selon la Ville, environ 270 personnes seraient concernées par cette hausse, soit environ 1,2 % de ses 22 000 employés.

Ce serait essentiellement des employés temporaires, qui travaillent particulièrement l’été, comme des surveillants de parcs et de piscines, explique le cabinet de la mairesse.

Quel serait le coût total pour la Ville de Montréal? « On a fait tous les calculs, ça reste marginal sur le budget », souligne Benoit Dorais, président du comité exécutif, qui n'a pas souhaité avancer de chiffres.

La Ville veut éviter « une flambée généralisée des salaires »

Évoquant dans son message une « saine gestion de l’argent des Montréalais », Valérie Plante spécifie néanmoins qu’elle compte s’« assurer qu’une telle mesure ne provoque pas une flambée généralisée des salaires des autres employés de la Ville, ce qui mettrait une pression démesurée sur les finances publiques ».

Concrètement, l'augmentation du salaire minimum ferait grimper les salaires des autres employés, en raison de « la relativité salariale », détaille M. Dorais.

« Ça transforme l’impact marginal sur les finances en beaucoup d’argent, reprend-il. On a demandé aux syndicats de nous aider à trouver des solutions. »

Aucun délai pour la mise en application de cette hausse n’a été communiqué.

Les syndicats encore « vigilants »

« C’est un premier pas », se félicite le chef de Coalition Montréal, Marvin Rotrand.

Ce dernier avait déjà fait une telle demande, l’an passé, à l’administration de Denis Coderre. Il avait notamment été soutenu dans sa démarche par Projet Montréal, alors dans l’opposition.

Mi-avril, Magda Popeanu, membre du comité exécutif, avait cependant avoué que son parti, désormais au pouvoir, avait décidé de reporter cette promesse en raison d’« un impact sur le budget ».

Face à cette réponse, le Conseil central du Montréal métropolitain de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) avait haussé le ton. En compagnie de plusieurs organisations, sa présidente, Dominique Daigneault, a rencontré, fin avril, Valérie Plante et Benoit Dorais.

« On nous a dit qu’il y avait du travail à faire pour étudier les impacts sur l’échelle salariale, explique Dominique Daigneault. On comprend ces calculs, mais on va rester vigilant, car on ne veut pas que ce soit une façon, plus tard, de laisser tomber cet objectif. On espère que ce sera mis en place le plus rapidement possible. »

Depuis le 1er mai, le salaire minimum au Québec est fixé à 12 $ de l’heure.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un homme danse sur le toit de sa voiture





Rabais de la semaine