Retour

Sans nouveaux brise-glaces, le Canada s'expose à des problèmes économiques majeurs

EXCLUSIF - Un document gouvernemental fédéral hautement stratégique prévient Ottawa des risques « considérables » qui pèsent sur l'économie. Le gouvernement fédéral tarde depuis des années à remplacer sa vieille flotte de brise-glaces, ce qui pourrait sérieusement compromettre les activités des ports de Montréal et de Québec.

Un texte de Marc Godbout

Des milliers d'emplois menacés et des activités portuaires en péril. Le prix à payer pour la lenteur d'Ottawa à remplacer ses vieux brise-glaces pourrait être très élevé, particulièrement au Québec.

Un document secret destiné au cabinet lance un signal d'alarme : les ports de Montréal et de Québec pourraient lourdement écoper.

L'analyse interne consultée par Radio-Canada soutient qu'en l'absence de services de déglaçage adéquats, termes utilisés dans le document pour parler des brise-glaces, le port de Montréal pourrait perdre son service de conteneurs au profit de concurrents américains.

Des dizaines de milliers d'emplois directs et indirects sont en jeu. Le transport par conteneur génère des retombées économiques annuelles de plusieurs milliards de dollars.

Le port de Québec, avec ses grands volumes de vrac, risquerait lui aussi d'être amputé de sa principale activité.

De plus, le document suggère qu'en l'absence de brise-glaces plus efficaces et performants, la mise en œuvre de l'ambitieuse Stratégie maritime du Québec, projet phare du gouvernement Couillard, pourrait être compromise.

L'objectif de Québec est de créer jusqu'à 30 000 emplois.

Cela fait déjà quelques années que le manque de fiabilité des brise-glaces de la Garde côtière occasionne d'importants retards de services de déglaçage dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent.

Alerte rouge

Dans un marché mondial compétitif, « ces délais sont inacceptables », prévient le document qui précise que le transport maritime demeure « l'épine dorsale » des échanges commerciaux.

Deux semaines après l'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (AECG), le piètre état des navires apparaît pourtant comme un obstacle au commerce.

L'âge moyen des brise-glaces de la Garde côtière canadienne est de 35 ans. Et d'année en année, Ottawa reporte le remplacement de la flotte ainsi que les milliards nécessaires à leur construction. L'enjeu en est maintenant un de sécurité économique.

Cette réalité vient en contradiction avec le message du gouvernement fédéral qui a promis « de mettre en place des corridors de transport plus sûrs et efficaces vers les marchés internationaux ».

Importations et exportations menacées

Dans sa raffinerie de l'est de Montréal, Lantic transforme 500 000 tonnes de sucre de canne par année, qui arrivent par navire du Brésil. Les grands acteurs canadiens de l'industrie de l'alimentation en dépendent.

Son président, John Holliday, peut difficilement garder le silence : « Si ce corridor n'est pas fiable et [que] l'approvisionnement [est] perturbé, ça pourrait avoir un impact catastrophique sur la capacité de notre usine à servir le secteur des produits alimentaires à valeur ajoutée ». Et comme bien d'autres entreprises canadiennes, Lantic souhaite profiter de l'ouverture d'occasions d'affaires avec le marché de l'Union européenne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine