Retour

Sans référendum à l'horizon, des anglophones pourraient se détourner du PLQ

La prochaine campagne électorale provinciale s'annonce particulière pour les anglophones du Québec. Sans menace référendaire qui plane, certains pourraient être tentés de délaisser les libéraux, qui recueillent traditionnellement la majorité du vote anglophone.

Un texte d'Olivier Bachand

Pour bon nombre d'anglophones, le Parti libéral du Québec (PLQ) est le meilleur bouclier pour bloquer la souveraineté, puisqu'il s'agit de la formation politique la plus fédéraliste à l'Assemblée nationale.

Mais la question nationale ne devrait pas se retrouver à l'avant-scène lors de la prochaine campagne électorale, cet automne, puisque le Parti québécois (PQ) de Jean-François Lisée a décidé d'écarter la tenue d'un référendum dans un premier mandat.

Certains Anglo-Québécois pourraient être tentés de se détourner des libéraux. La Coalition avenir Québec (CAQ), qui courtise activement les électeurs anglophones, pourrait en profiter.

Si le parti de François Legault se dit « nationaliste », il s'engage néanmoins à faire évoluer le Québec au sein du Canada, ce qui pourrait rassurer une grande partie de l'électorat anglophone.

Un appui de taille pour la CAQ

Bien connue dans la communauté anglophone, l'ancienne députée libérale fédérale Marlene Jennings estime que la mise à l'écart du débat entourant la question nationale représente une bouffée d'air frais.

En 2012, elle avait eu des discussions avec la CAQ, qui souhaitait qu'elle se présente comme candidate de la formation politique. La résidente de l'ouest de l'île de Montréal affirme que le parti ne l'a pas pressentie en vue du prochain scrutin, mais ses préférences sont claires. « Je souhaite une victoire de la CAQ et, dans la meilleure des chances, je souhaite que ça soit un gouvernement majoritaire. »

Selon elle, les anglophones n'ont pas à craindre l'élection d'un gouvernement caquiste et devraient même rallier le parti de François Legault, puisqu'il a de bonnes chances de prendre le pouvoir. « Je pense que les anglophones devraient y contribuer pour s'assurer qu'on a toujours une voix, peu importe qui forme le gouvernement. »

Le programme caquiste pourrait faire sourciller

Si la position constitutionnelle de la CAQ a le potentiel de satisfaire de nombreux Anglos-Québécois, certains éléments de son programme risquent cependant de susciter des inquiétudes.

L'abolition des commissions et des élections scolaires qu'elle prône a déjà été vivement dénoncée par la communauté anglophone. Les positions du parti en matière d'immigration, comme l'imposition d'un test de valeurs aux nouveaux arrivants, pourraient aussi déplaire.

C'est du moins ce que croit la journaliste et commentatrice politique Anne Lagacé Dowson. « Les déclarations de M. Legault sur l'immigration, les réfugiés, sur le port du niqab, tout ça, ça rebute les électeurs anglophones », dit-elle, puisqu'ils sont particulièrement sensibles aux droits des minorités. Elle pense également que le passé de François Legault en tant que ministre du PQ pourrait en repousser certains.

Anne Lagacé Dowson admet que des anglophones se disent insatisfaits du gouvernement Couillard et qu'ils songent à voter pour la CAQ, de façon anecdotique, mais elle doute que cela se reflétera dans les résultats électoraux.

Les libéraux, toujours le premier choix des Anglos

Le PLQ, par ailleurs, demeure largement en avance dans les intentions de vote chez les anglophones. « Le vote non francophone pour les libéraux est encore très élevé. On parle autour de 60 à 65 %, mais habituellement, c'est plus autour de 80 %, donc il y aurait une certaine baisse des appuis libéraux non francophones », mentionne le spécialiste des sondages Philippe J. Fournier, qui a créé le site web Qc125.com.

Selon lui, les libéraux devraient conserver leurs châteaux forts de l'ouest de l'île de Montréal avec de tels appuis. Il pense cependant qu'une baisse du vote anglophone dans certaines régions, comme l'Estrie, pourrait faire basculer des circonscriptions détenues par les troupes de Philippe Couillard.

Plus d'articles