Retour

Scott Moe devient premier ministre de la Saskatchewan

Il aura fallu 5 tours de scrutin pour que Scott Moe parvienne à obtenir la majorité des voies (53,87 %) dans la course à la chefferie du Parti saskatchewanais. Il devient ainsi premier ministre de la Saskatchewan, succédant à Brad Wall qui a annoncé la fin de sa carrière politique en août dernier.

Scott Moe a devancé Alanna Koch (46,13 %) qui s'était maintenue en tête du 1er au 3e tour.

Scott Moe est le 5e candidat à s'être lancé dans la course à la chefferie du Parti saskatchewanais.

Le député provincial de la circonscription de Rosthern Shellbrook s'est démarqué des autres candidats en récoltant en septembre l'appui de près de la moitié des membres du caucus du parti.

Âgé de 43 ans, Scott Moe a grandi dans une ferme à grains entre Shellbrook et Parkside, près de Prince Albert.

Il a été ministre de l'Enseignement supérieur, puis ministre de l'Environnement.

Lors de sa campagne, Scott Moe a notamment dû exprimer une fois de plus ses regrets relativement à un incident survenu en 1992. Il avait alors 18 ans et a été condamné pour conduite avec facultés affaiblies.

Une première flèche lancée à Justin Trudeau

Lors de son discours de victoire, le premier ministre désigné a déclaré qu'il s'opposera à la taxe fédérale sur le carbone.

Narguant le premier ministre du Canada, il a repris les propos de son père, Pierre Elliott Trudeau, lors de la crise d'octobre 1970 au Québec.

Scott Moe s'est engagé à équilibrer le budget provincial d'ici 2019 et a promis de rétablir les exemptions de la taxe de vente provinciale sur l'assurance-récolte, l'assurance-vie et l'assurance-maladie.

Au cours de sa campagne, il a également annoncé son intention de consacrer 30 millions de dollars supplémentaires au financement de l'éducation.

En ce qui concerne la marijuana, Scott Moe a déclaré que le gouvernement fédéral n'a pas laissé suffisamment de temps aux provinces pour respecter l'échéance fixée pour l'été 2018.

Les réactions n'ont pas tardé

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a félicité le nouveau chef de la province, indiquant être impatient de travailler avec M. Moe. Justin Trudeau a également remercié Brad Wall pour tout ce qu’il a apporté à la province et au pays tout au long de son mandat à titre de premier ministre.

Du côté de l’opposition, la chef intérimaire du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Nicole Sarauer, a salué la victoire de Scott Moe, tout en déplorant le programme du nouveau chef de la province.

« Je tiens à féliciter M. Moe pour sa victoire ce soir », a déclaré Nicole Sarauer. « Mais, pour les gens de la Saskatchewan, ça annonce la poursuite de la mauvaise gestion et des coupures cruelles et impitoyables », a-t-elle ajouté.

Brad Wall livre un discours partisan

Plus tôt en journée, le premier ministre sortant de la Saskatchewan, Brad Wall, a livré son dernier discours en tant que chef du parti, en appelant à l'unité du parti.

Brad Wall a déclaré qu'en dépit du déficit budgétaire, le Parti saskatchewanais dispose du soutien de ses 27 000 membres.

Des manifestants s'invitent à l'événement

Par ailleurs, en marge de l'élection, des manifestants se sont rassemblés devant le Prairieland Park. Ils font partie du groupe Stop the cuts (« Arrêtez les compressions ») qui s'est formé pour dénoncer les compressions budgétaires que le gouvernement du Parti saskatchewanais a faites dans le budget de 2017.

Les cinq candidats qui étaient dans la course :

Le vainqueur a été déterminé par un scrutin préférentiel, c’est-à-dire que les membres du Parti saskatchewanais ont dû inscrire les noms des cinq candidats sur leur bulletin de vote par ordre de préférence. Les membres du parti ont répété l'exercice démocratique jusqu'à ce qu'un des candidats obtienne une majorité de 50 % des voix.

Les journalistes Pascale Bouchard et Marianne Meunier sont sur place pour couvrir l'événement au Prairieland Park à Saskatoon.

Plus d'articles