Retour

SÉBASTIEN BOVET - Il faut sauver le soldat Lessard

Depuis deux semaines, c'est un peu le jour de la marmotte à l'Assemblée nationale.

Sebastien Bovet

  Une analyse de Sébastien Bovet

On se lève le matin et on découvre de nouvelles informations sur Laurent Lessard.

  • À l'entrée du caucus des députés du gouvernement, Laurent Lessard défend son intégrité;
  • Les partis d'opposition demandent que M. Lessard se retire de son poste de ministre;
  • Philippe Couillard est obligé de réitérer sa confiance envers son ministre.

La question : pourquoi Laurent Lessard est-il toujours en poste? Après tout, Sam Hamad s'était retiré de ses fonctions, le temps que le commissaire à l'éthique enquête sur lui.

Voici comment le premier ministre voit les choses :

  • D'abord, il ne pense pas que le comportement de M. Lessard dans toutes ces controverses mérite une sanction;
  • Oui, son ancien conseiller Yvon Nadeau avait des journées bien remplies au bureau de circonscription et auprès d'entreprises privées. Mais les règles le permettent;
  • La femme de M. Lessard travaille pour un organisme qui fait des demandes de subventions? On ne peut pas empêcher les conjoints de travailler;
  • Laurent Lessard rencontre le président de la Société d'habitation du Québec pour faire avancer un dossier? C'est le rôle du député;
  • Il considère Laurent Lessard comme un valeureux soldat, apprécié de ses collègues, bon joueur pendant plusieurs mois quand il était responsable des Forêts et où il passait inaperçu dans les corridors.

Ajoutez ceci :

  • Laurent Lessard est le troisième ministre des Transports en neuf mois, après Jacques Daoust et Robert Poëti : le remplacer serait un aveu d'échec;
  • Le Conseil des ministres ressemble à un jeu de chaise musicale : la musique s'est arrêtée trois fois depuis le début de l'année pour un remaniement en janvier et des « ajustements » en février et août. Trois c'est beaucoup, quatre c'est trop;
  • L'enquête du commissaire à l'éthique : le premier ministre espère ardemment que le Commissaire à l'éthique blanchisse son ministre. Entre-temps, l'enquête lui permet d'attendre;
  • Mais si le commissaire blâme Laurent Lessard, Philippe Couillard aura beau jeu de le déplacer à la faveur d'un remaniement ministériel en janvier ou février avec le retour possible de Pierre Moreau;
  • Solidarité libérale : Laurent Lessard est un vrai rouge. Les « brebis égarées » Barrette, Anglade et Proulx sont devenues ministres après des passages à l'ADQ/CAQ. Il est temps de démontrer que les vrais rouges sont importants.

Pour toutes ces raisons, Laurent Lessard restera en poste.

À moins que le jour de la marmotte ne se répète trop souvent. Si les révélations sur Laurent Lessard continuent au rythme actuel, le ministre pourrait devenir une distraction trop grande.

Si la controverse prend le dessus sur l'action gouvernementale, tous mes arguments exposés plus haut pourraient voler en éclats, d'autant que Philippe Couillard a commencé la session en disant qu'il ne voulait plus se laisser distraire. Bref, il doit faire brûler des lampions pour que la tempête se calme.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine