Retour

Sébastien Proulx dit non à une cellule de crise pour gérer l’érosion en Gaspésie

Le ministre responsable de la région, Sébastien Proulx, ne voit pas la nécessité de créer une cellule de crise pour gérer la question de l'érosion des berges en Gaspésie, comme le lui demande le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre.

Un texte de Joane BérubéDe passage à Chandler, jeudi, le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, de la Famille et responsable de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine a rappelé que plusieurs personnes travaillent déjà sur le dossier. « Aujourd’hui et depuis déjà plusieurs jours, il y a des rencontres, il y a du travail, il y a des analyses et de la sécurisation effectuée dans les différents milieux touchés par la tempête du 31 décembre et celle d’hier. »

Le gouvernement, relève le ministre, a aussi dégagé rapidement les sommes nécessaires après la tempête du 30 décembre, par un arrêt ministériel qui a été signé dès le 31 décembre.

Il faudrait que rien ne soit fait et que les gens soient laissés à eux-mêmes pour envisager un tel scénario et ce n’est pas le cas. Dire qu’on a besoin d’une cellule particulière pour gérer cette crise, c’est dramatiser la situation.

Sébastien Proulx, ministre reponsable de la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Sébastien Proulx reconnaît toutefois que le gouvernement devra revoir ses façons de faire. L’occupation des berges, tant sur le plan de l’habitation que sur celui des infrastructures gouvernementales ou municipales, devra aussi être repensée.

À Percé, vendredi

Sébastien Proulx sera à Percé vendredi pour évaluer les dommages causés par les tempêtes de décembre et de janvier. Même s’il n’a pas encore pu constater l’ampleur des dégâts, il se dit conscient que la promenade de Percé devra être sécurisée avant l’été.

Il relève que des études étaient déjà en cours avant les récentes tempêtes pour la construction d’une promenade permanente. « On a du travail à faire pour l’avenir, on a du travail à faire à court terme. Les gens sont ensemble à travailler, les gens sont au rendez-vous, les sinistrés ont été contactés », poursuit M. Proulx.

Le ministre salue par ailleurs le travail effectué par la Sécurité civile et par les différents ministères à la suite des tempêtes qui ont notamment endommagé la route 132 au nord de la Gaspésie et le rail sur la pointe de la péninsule.

Stratégie pour la Gaspésie

Le ministre était à Chandler pour, entre autres, rencontrer les préfets de la Gaspésie ainsi que les directeurs régionaux de ministères qui ont des bureaux dans la région.

Les préfets ont pu profiter de la présence du ministre pour s’entendre avec lui sur la relance de la stratégie d’intervention économique régionale mise en place à l’époque par le gouvernement de Pauline Marois. « Je pense qu’il est temps d’actualiser ce plan à la lumière de nouveaux éléments comme la cimenterie, l’érosion des berges, la situation à l’égard de l’éolien », a commenté Sébastien Proulx.

Pas toute de suite pour le train

Par ailleurs, Sébastien Proulx avoue qu’il y aura encore des délais avant que Québec investisse dans la réparation du chemin de fer gaspésien dont il est propriétaire depuis mai 2015.

Il souligne que le ministère était prêt à financer la réparation d’un tronçon pour marchandises et passagers, mais que la demande pour un tracé donnant priorité aux marchandises seulement exige une nouvelle analyse. Le dossier qui a été déposé au ministère des Transports sera suivi de près, assure M. Proulx.

Le ministre poursuivra sa visite en Gaspésie, vendredi. Après Percé, il se rendra à l’usine de pales d’éolienne LM Wind Power pour y faire une annonce.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine