Le grand chef sortant Serge Simon, en poste depuis 2011, a été réélu pour un troisième mandat par la communauté mohawk de Kanesatake, située près de Montréal.

Serge Simon l’emporte avec 76 bulletins de vote de plus que son adversaire, l’ex-chef Lourena Montour. En perdant ses élections, elle perd sa place au sein du nouveau conseil de bande.

Durant la campagne électorale, le grand chef, au pouvoir depuis six ans, disait vouloir consacrer un nouveau mandat au développement économique de la communauté autochtone, tout en respectant l'environnement.

Ces dernières années, il s’est efforcé de réduire le déficit de la communauté, qui a diminué de 50 %, avait-il précisé. Il affirmait pouvoir sortir Kanesatake du déficit d’ici un an ou deux s’il était réélu.

Parmi ses promesses électorales, Serge Simon voulait notamment mettre en place un code d’éthique pour les gouvernements et un comité d’éthique. Il souhaitait aussi écrire noir sur blanc les responsabilités et les pouvoirs du grand chef.

Sept candidats se disputaient aussi les six postes de chef. Quatre d’entre eux ont été réélus : Victor Bonspille, John Canatonquin, Bruce Montour et Patricia Meilleur. Valérie Bonspille et Garry Carbonnell feront aussi partie du nouveau conseil de bande.

Toutefois, la candidate Denise David n’a pas réussi à récolter suffisamment de votes.

Taux de participation

Le taux de participation a diminué cette année. Près de 430 citoyens se sont présentés aux urnes contre 544 en 2014.

Le grand chef Serge Simon avait d’ailleurs déjà souligné en campagne électorale que le taux de participation diminuait élection après élection.

Mais l’adjointe au président d’élection, Mary Simon, attribue la baisse du taux de participation au nombre de candidats qui convoitaient le poste de chef. Ils étaient 7 cette année alors qu’ils étaient 15 en 2014. « Moins de candidats signifient moins de familles et d’amis sur les bulletins de vote, donc l’intérêt peut être moindre », écrit-elle par courriel.

Plus d'articles

Commentaires