Retour

Services supralocaux à Shawinigan : les villes voisines disent non à la médiation, le maire Angers est surpris

Le maire de Shawinigan Michel Angers se dit surpris que les maires des neuf municipalités voisines refusent de prendre part à la médiation proposée dans le dossier des tarifs des services supralocaux.

En marge du conseil municipal de Shawinigan, le maire Michel Angers a dit être étonné de la tournure des événements. Selon lui, la médiation que pourrait mener la Commission municipale du Québec a pour but de trouver un compromis qui convienne à toutes les parties. Il ne comprend donc pas pourquoi ses corollaires des autres municipalités ne veulent pas se prêter à l'exercice.

Les maires des municipalités voisines de Shawinigan refusent de prendre part à la médiation demandée par la Ville de Shawinigan, dont une hausse de tarifs pour ses services supralocaux a été annoncée en décembre. Ils estiment qu'ils sont trop loin d'une entente dans ce dossier et préfèrent négocier de gré à gré.

« C'est ce que je leur propose depuis le début, négocier de gré à gré », s'étonne Michel Angers, « et jusqu'à présent, tout ce que j'ai eu de leur part, ce sont des résolutions d'opposition. (...) Ma porte est toujours ouverte et mon téléphone est allumé. »

Le maire Michel Angers compte faire un suivi avec la Commission municipale du Québec, qu'il a sollicité en décembre pour mener une médiation dans le dossier.

Le principe « utilisateur-payeur » demandé

Les municipalités voisines veulent que leurs citoyens payent ces activités à un tarif raisonnable sous le principe « d'utilisateur-payeur », quitte à ce qu'ils obtiennent une aide financière de leur municipalité.

Le maire de Shawinigan préfère l'option actuelle, c'est-à-dire que les municipalités traitent de cette affaire entre elles. « C'est plus juste pour tous les citoyens, y compris ceux de Shawinigan. »

En décembre dernier, la Ville de Shawinigan a décidé d'augmenter les tarifs pour l'accès à ses infrastructures pour les non-résidents, une décision qui a déclenché la colère au Centre-Mauricie. Shawinigan a par la suite fait marche arrière et a adopté un moratoire sur la hausse des tarifs des services supralocaux, en vigueur jusqu'au 1er juin. 

Une facture trop salée, selon le maire de Saint-Mathieu-du-Parc

La facture demandée à Saint-Mathieu-du-Parc est de 26 000 $, selon le maire, qui précise que 37 personnes de sa municipalité utilisent les infrastructures de Shawinigan. De ce nombre, 13 résidents utilisent les installations pour le soccer. 

« On allait à Shawinigan parce que l'association de Shawinigan nous avait demandé d'aller avec elle pour compléter ses équipes », affirme le maire Claude McManus, qui soutient avoir toutes les installations nécessaires pour la pratique de soccer. 

Shawinigan a chiffré le coût annuel d'utilisation des services supralocaux à plus de 500 000 $. La facture va de quelques milliers de dollars pour certaines villes à plus de 200 000 $ pour Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

D'après les informations de Barbara Leroux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine