Retour

Stephen McNeil revient sur la défaite de « précieux » candidats libéraux

Au lendemain de sa réélection, le chef du Parti libéral de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, admet que les électeurs ont envoyé un message à son parti en ne réélisant pas certains candidats libéraux mardi soir.

« Notre parti a perdu des personnes précieuses », a-t-il dit mercredi matin. L'ancienne ministre des Services communautaires, Joanne Bernard, et l'ancien ministre des Affaires acadiennes, Michel Samson, en font partie.

Les libéraux ont perdu sept sièges par rapport à leur élection en 2013.

Stephen McNeil ne croit pas que le dossier controversé des circonscriptions acadiennes protégées a nuit à M. Samson. « C'est plutôt une combinaison de facteurs », a-t-il indiqué.

Les résidents du Cap-Breton ont pu, selon lui, sentir qu'ils n'avaient pas de voix en matière de santé depuis la centralisation de la Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse.

« Je m'assurerai qu'ils auront une voix », a-t-il dit, en mentionnant n'avoir aucune intention de revenir sur sa décision d'avoir une seule Régie de la santé pour toute la province.

Le budget pourrait être modifié

Stephen McNeil a indiqué mercredi matin que le processus de nomination de son cabinet sera bientôt enclenché. Les anciens ministres réélus pourraient être affectés à un autre ministère.

Bien qu'il soit possible que des modifications puissent être apportées au budget déposé avant le déclenchement de la campagne électorale, le premier ministre désigné a l'intention de respecter ses promesses.

Les libéraux se sont notamment engagés, avant le déclenchement des élections, à embaucher au mois 139 nouveaux enseignants pour réduire le nombre d'élèves par classes au secondaire.

Durant son prochain mandat, Stephen McNeil et son nouveau gouvernement devront aussi arriver à s'entendre avec le Syndicat des employés du gouvernement et les travailleurs de la Santé qui sont toujours sans contrat de travail.

Faible taux de participation

Selon les résultats préliminaires d'Élections Nouvelle-Écosse, le taux de participation des électeurs a été le plus bas depuis 1960, avec une participation de 53,55 %.

La directrice générale de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE), Marie-Claude Rioux, croit que la façon dont les libéraux ont géré le dossier des circonscriptions acadiennes protégées a provoqué un désintérêt chez les électeurs.

Marie-Claude Rioux indique que la fédération est à travailler avec le gouvernement pour créer de nouveaux ponts puisque l'ancien ministre des Affaires acadiennes, Michel Samson, n'a pas été réélu.

Engager les jeunes plus tôt

Le Conseil jeunesse provincial de la Nouvelle-Écosse a aussi réagi à la réélection des libéraux.

Le conseil espère établir une relation de travail avec le gouvernement pour faire avancer les enjeux touchant les jeunes, notamment le vote à 16 ans et l'éducation civique à l'école.

« Le vote à 16 ans permettrait de créer des citoyens engagés à long terme et permettrait de développer un sentiment d'appartenance chez les jeunes aidant ainsi à combattre l'exode », est-il écrit dans un communiqué.

Plus d'articles

Commentaires