Retour

Summerside : gel des impôts fonciers mais hausse de certains tarifs

Le conseil municipal de Summerside a déposé, lundi, un budget équilibré qui ne prévoit aucune hausse des impôts fonciers. Toutefois, les tarifs d'électricité, d'eau et d'égout, de même que certains droits d'utilisateurs augmenteront de 2 % à 3 % en 2018.

Un texte de François Pierre Dufault

Les élus de la deuxième ville en importance à l'Île-du-Prince-Édouard disent vouloir mettre l'accent sur la viabilité financière de la ville.

Le maire Bill Martin, qui ne se représentera pas et dont c'est le dernier budget, dit qu'il veut laisser une ville en santé à son successeur. Il se réjouit qu'à l'aube d'une année électorale, le conseil ait choisi de réduire la dette de la municipalité de 2,5 millions de dollars plutôt que de « paver des routes sur le dos du prochain conseil ».

Une augmentation des transferts de la province permet à l'administration municipale de geler les impôts fonciers pour 2018. Par contre, les tarifs d'électricité augmenteront de 2,3 % et les tarifs d'eau et d'égout, de 2 % chacun. Les droits d'utilisateurs pour certaines activités récréatives seront majorés de 3 %.

La hausse des tarifs d'électricité doit servir à financer des investissements de près de 3 millions de dollars dans le réseau électrique de la municipalité.

À l'Île-du-Prince-Édouard, la Ville de Summerside est la seule qui possède son propre réseau électrique. Celui-ci assure d'ailleurs 13 % de ses revenus. Mais comme le reste de la province, la municipalité importe la plus grande partie de son électricité du Nouveau-Brunswick. Elle doit donc payer sa part des nouveaux câbles électriques sous-marins qui ont été mis en service, dans le détroit de Northumberland, en 2017 au coût de 142 millions de dollars.

La hausse des tarifs d'eau et d'égoût doit permettre à la ville d'environ 15 000 habitants d'injecter une somme de 3,2 millions de dollars dans des travaux d'entretien, alors que certaines de ses conduites sont âgées de plus de 100 ans et doivent être remplacées.

Un peu plus de 15 % du budget de 63 millions de dollars est consacré à l'infrastructure.

Les élus de Summerside se sont tous dits prêts, lundi, à voter en faveur du budget lorsque le document sera soumis à un vote du conseil, le mois prochain. Certains ont admis avoir mis de l'eau dans leur vin, admettant du même souffle que les ressources sont limitées et qu'il est impossible de satisfaire toutes leurs demandes.

Les dépenses de la ville ont bondi de près de 20 % depuis cinq ans, mais les revenus n'ont pas augmenté au même rythme, fait valoir le maire-adjoint Frank Costa, qui est responsable du budget.

Le conseiller Gordie Whitlock estime, pour sa part, qu'il s'agit d'« un bon budget » qui donne à l'administration municipale « les outils nécessaires pour offrir les services » aux résidents de Summerside.

Le principal défi demeure d'attirer des entreprises afin d'élargir l'assiette fiscale de la municipalité, selon le maire Bill Martin.

Le budget couvre exceptionnellement une période de 15 mois, soit du 1er janvier 2018 au 31 mars 2019, afin qu'à l'avenir la Ville de Summerside suive le même calendrier budgétaire que le gouvernement provincial, soit du 1er avril au 31 mars de chaque année.

Plus d'articles