Lors de la séance du conseil municipale de Saguenay, lundi, la Ville de Saguenay a annoncé un surplus consolidé de 1,5 million de dollars pour l'année financière 2017, ce qui représente 0,4 % du budget total.

Un texte de Roxanne Simard

De ce chiffre, 1,4 million est attribuable à l'administration municipale. La Ville pense utiliser ce surplus pour les services de l'énergie et du déneigement, qui ont fait face à d'importants dépassements de coûts, a précisé la mairesse Josée Néron.

« Pour ce qui est du 1,4 million de surplus de plus que ce qui a été budgété, le comité exécutif va se pencher sur la façon dont ce montant-là va être réparti, parce qu’on s’entend qu’on va réaffecter le surplus pour ce qui s’en vient en 2018 », explique la mairesse.

Josée Néron a d'ailleurs précisé que les budgets de l'ancien conseil étaient souvent sous-budgétés.

« En étant sous-budgété, ça ne donnait pas une image tout à fait juste de ce qu’on allait avoir à engendrer. Le budget qu’on a voté pour 2018 se voulait un budget beaucoup plus réel, donc vous comprendrez que l’augmentation de taxes qu’on a dû imposer à la population, malheureusement, était en lien avec ça. »

Selon elle, le budget 2018 est beaucoup plus fidèle aux réels revenus et dépenses de la Ville.

Le bac brun toujours en attente

La Ville n'a finalement pas procédé au vote concernant le choix du bac brun lundi soir, lors de la séance du conseil municipal.

Bien que la Commission du développement durable et de l'environnement a recommandé cette option, le comité exécutif doit d'abord entériner la proposition, a précisé le conseiller Simon-Olivier Côté.

Selon lui, la proposition devrait être présentée au conseil en juin.

Le conseiller ajoute que la seconde partie du projet, qui consiste entre autres en la gestion des matières compostables récoltées, sera évaluée au cours des prochains mois.

« Dans les consultations qu'on a faites, il y a eu des éléments qui sont venus nous nourrir, dont on a décidé de faire des études supplémentaires. La consultation a porté fruit et avant de dire qu'on fait du compost ou de la biométhanisation, il reste encore des éléments à regarder. Ça peut prendre encore quelques mois, mais c’est moins pressant », a ajouté Simon-Olivier Côté.

Plus d'articles