Retour

Système Phénix : un nouveau problème technique cause d’autres erreurs

Tel qu'appréhendé, la mise en oeuvre des nouvelles conventions collectives ratifiées par les employés fédéraux ne se fait pas sans pépin. Près de 2000 fonctionnaires scientifiques sont victimes d'un « problème technique » qui s'est reflété sur leur dernière paye.

Un texte de Catherine Lanthier

Des centaines de chimistes, de biologistes et de scientifiques en agronomie du gouvernement fédéral ont été stupéfaits en consultant leur bulletin de salaire la semaine dernière.

Celui-ci était truffé d’erreurs, en raison d’un calcul erroné pour établir le montant des sommes dues dans le cadre des paiements rétroactifs, puisque leur convention collective était échue depuis septembre 2014.

Dans une missive obtenue par Radio-Canada, l’employeur les informe qu’un « problème technique » est survenu lors du traitement des révisions de masse réalisé le week-end du 10 juin.

Ainsi, poursuit la communication, « certains employés du groupe SP (Sciences appliquées et examen des brevets) pourraient constater un taux de rémunération incorrect ou des déductions. »

D'autres problèmes selon les syndicats

Selon le syndicat qui les représente, l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), le quart des employés de ce groupe sont touchés par ce problème, soit environ 1 800 membres.

Dans la majorité des cas, le gouvernement doit maintenant à ces employés une somme d’argent indéterminée.

L’IPFPC révèle aussi qu’environ 180 d’entre eux ont été payés en trop.

La « situation est particulièrement troublante », s’inquiète la présidente de ce syndicat.

Debi Daviau rappelle qu’elle avait pourtant « exigé que l’employeur n’aggrave pas les problèmes actuels du système de paye Phénix en effectuant les ajustements découlant des nouvelles conventions collectives. »

Selon les informations transmises aux employés, le problème est traité « en priorité » par Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), et les corrections devraient apparaître sur leur paye dès la semaine prochaine.

De nouvelles conventions collectives à mettre en place

Or, cette erreur ne laisse rien présager de bon pour les dizaines de milliers d’autres fonctionnaires fédéraux qui s’attendent, eux aussi, à recevoir leur rétroactivité d’ici l’automne.

Le nombre de dossiers problématiques ne cesse de s’accumuler, tel que le révélait la dernière mise à jour du gouvernement.

Le 2 juin, la sous-ministre de SPAC, Marie Lemay, annonçait que 345 000 paiements étaient en attente d’être traités, ce qui dépasse de 265 000 dossiers la capacité mensuelle de traitement du gouvernement.

Cette hausse avait été attribuée à l’embauche de 5 000 étudiants pour l’été, et au traitement des paiements rétroactifs découlant de la mise en oeuvre des conventions collectives.

Plus d'articles

Commentaires