Retour

Tanya Granic Allen, candidate à la direction du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario

Tanya Granic Allen n'a pas peut-être pas un nom de famille aussi connu que celui de ses adversaires, mais elle a su se faire remarquer. La candidate à la direction du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario se présente comme la « porte-parole de la base du parti, les militants trop souvent ignorés ».

Selon la politologue à l'Université d'Ottawa Geneviève Tellier, Tanya Granic Allen a su tirer son épingle du jeu dans cette course, car elle sait représenter des membres du parti qui sont souvent moins entendus.

Elle-même venant d'une petite région rurale et ne se considérant pas comme faisant partie de l'establishment du Parti, elle peut revendiquer le titre d'ambassadrice de ce mouvement-là.

Tanya Granic Allen est mariée, mère de quatre enfants et préside un groupe de parents conservateurs.

Elle n'a d'ailleurs pas hésité à dénoncer la façon dont l'ancien chef du parti, Patrick Brown, a géré le Parti.

Son opposition au programme d'éducation sexuelle du Parti libéral de Kathleen Wynne, implanté dans les écoles, a été son cheval de bataille durant cette course à la direction du PPCO. Tany Granic Allen a su raviver le dossier et pousser ses adversaires à prendre position sur la question.

Encore des défis

Mme Tellier rappelle toutefois que les défis sont encore nombreux pour cette candidate. « Son programme, c'est à peu près un seul dossier. Elle ne peut pas s'attaquer à l'ensemble des politiques publiques où elle n'a pas nécessairement une politique articulée sur tous les volets de la politique en Ontario », explique-t-elle.

Le nouveau chef du Parti sera élu samedi.

Selon le reportage de Julie-Anne Lamoureux

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine