Retour

Taxe carbone : le N.-B. ne se joindra pas à l’Ontario et à la Saskatchewan

Le premier ministre Brian Gallant a indiqué jeudi, en marge du Conseil de la fédération, qu'il n'allait pas se joindre à l'Ontario et à la Saskatchewan en ce qui a trait à la taxe carbone. Les deux provinces veulent poursuivre le fédéral afin d'empêcher l'imposition d'une taxe carbone, comme prévu par le gouvernement Trudeau.

Un texte de Camille Martel

Brian Gallant se joint ainsi au premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, qui a aussi fait part de ses intentions de ne pas aller dans le même sens que Doug Ford et Scott Moe, respectivement premiers ministres de l’Ontario et de la Saskatchewan.

M. Gallant dit avoir été mal cité par un journaliste lorsqu’il a dit qu’il allait peut-être reconsidérer sa position.

S'inspirer des autres provinces

Le premier ministre a précisé qu’il allait suivre de près les plans de lutte aux changements climatiques des autres provinces et que, s’il y a lieu, il pourrait s’en inspirer pour modifier celui du Nouveau-Brunswick.

Brian Gallant dit avoir un plan en place en ce qui a trait à la taxe carbone.

En bref, il veut seulement taxer les grands émetteurs, comme les entreprises privées, et non les consommateurs.

Brian Gallant dit vouloir corriger les propos tenus par Blaine Higgs, chef de l’Opposition officielle.

Selon lui, Blaine Higgs aurait dit qu’une taxe carbone imposée par le gouvernement provincial coûterait cher aux consommateurs et que, s’il était élu aux prochaines élections, il n’y aurait pas de taxe carbone.

Or, les provinces qui n’implantent pas une taxation du carbone s’en verront imposer une d’office par le fédéral. Cette taxe pourrait être directement ajoutée au prix de l’essence à la pompe par exemple.

Le Nouveau-Brunswick critiqué par le fédéral

La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, avait critiqué le plan en matière de changements climatiques du Nouveau-Brunswick en décembre dernier.

Elle avait salué les efforts de la province, mais avait dit qu'elle aurait préféré que le Nouveau-Brunswick impose un prix sur le carbone afin d’encourager la population à modifier leurs habitudes.

Brian Gallant a répété jeudi qu’il croit que Catherine McKenna devrait plutôt critiquer les provinces qui n’ont aucun plan pour l’encadrement du carbone.

On croit que les changements climatiques sont le plus gros défi auquel le monde doit faire face aujourd’hui et on veut y participer tout en respectant notre situation économique, dit Brian Gallant.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine