Retour

Taxe carbone : le NPD veut faire payer la facture aux entreprises polluantes

Le chef de l'opposition britanno-colombienne, John Horgan, a énoncé, jeudi, les grandes lignes du plan d'action du Nouveau Parti démocratique (NPD) pour contrer les changements climatiques si son parti est élu lors des élections provinciales du printemps.

« Nous avons un vrai problème en matière d’action pour le climat », a dénoncé d’entrée de jeu John Horgan, affirmant que la province assistera à une escalade de la pollution si les libéraux sont portés à nouveau au pouvoir en mai. Il soutient que le parti de la première ministre Christy Clark avantage en priorité les entreprises polluantes qui financent la campagne de cette dernière.

L'équipe de John Horgan affirme, au contraire, avoir composé un plan qui réduira drastiquement les émissions polluantes, créera de bons emplois durables et doublera le nombre de Britanno-Colombiens admissibles à un rabais sur l'augmentation de la taxe carbone imposée par le gouvernement fédéral.

« Nous voulons nous assurer que les corporations qui sont les plus responsables de la pollution fassent leur juste part en payant le gros de la facture, pas les familles moyennes », a ajouté le leader néo-démocrate qui compte faire grimper le prix de la taxe « progressivement » afin que les entreprises et les contribuables aient le temps de s’ajuster.

La taxe carbone britanno-colombienne est actuellement fixée à 30 $ la tonne, mais le premier ministre Justin Trudeau a imposé à toutes les provinces d’atteindre 50 $ la tonne d’ici à 2022.

L'autre vision des libéraux et la déception des verts

Les libéraux qui ont présenté leur plan sur le climat l'été dernier ont une autre vision. « Nous pensons qu’il est possible d'investir dans la lutte contre les changements climatiques sans hausse de taxe », rétorque la ministre de l'Environnement, Mary Pollack.

Les libéraux plaident pour que tout le monde, citoyens et entreprises confondus, paie le même montant de taxe. Les revenus générés par la taxe carbone sont ensuite redistribués entièrement aux citoyens.

La Colombie-Britannique a été la première province au Canada à mettre en place une taxe sur le carbone en 2008. Fixée à 10 $ par le premier ministre de l’époque, Gordon Campbell, elle est ensuite passée à 30 $ sous Christy Clark et est demeurée inchangée depuis.

Dans une déclaration écrite, le chef du Parti vert de la Colombie-Britannique se dit « déçu » par les deux directions proposées, qualifiant le plan du NPD « d’exercice de communication ». Andrew Weaver croit que les néo-démocrates ne font que « le minimum requis par Ottawa sans réellement offrir de plan d’action pour lutter contre les changements climatiques ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine