Retour

Taxe carbone : Ottawa donne un ultimatum à la Saskatchewan

Ottawa prévient la Saskatchewan qu'elle sera assujettie à une taxe fédérale sur le carbone si cette dernière ne rentre pas, d'ici le 1er septembre 2018, dans le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques. L'ultimatum a été lancé dans une lettre signée par la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna.

Cette lettre est une réponse à celle que le ministre de l’Environnement de la Saskatchewan, Dustin Duncan, a signée le 28 février 2018, date limite pour rentrer dans le plan climatique du gouvernement de Justin Trudeau.

Catherine McKenna ne laisse aucune place au doute. Elle réitère que l’imposition d’un prix pour la pollution est une solution qui marche. « Lorsqu’on y attache un coût dans le marché, explique-t-elle, c’est un signe qu’il faut éviter ce type de pollution ».

Elle affirme qu’un prix sur la pollution a aidé le gouvernement à s’attaquer à plusieurs problèmes environnementaux, comme la pluie acide. Catherine McKenna ajoute que presque la moitié de l’économie mondiale a un prix sur la pollution.

Dustin Duncan, quant à lui, a soulevé des craintes quant à l’impact de la taxe carbone sur les Premières Nations, les fermiers et les résidents ruraux. Il explique que la taxe pourrait coûter quatre milliards de dollars sur cinq ans à la Saskatchewan.

Catherine McKenna dit comprendre cette inquiétude d’où l’importance, dit-elle, d’élaborer une taxe carbone en fonction des réalités et des enjeux saskatchewanais. « Nous [Ottawa] croyons que votre gouvernement [de la Saskatchewan] est le mieux placé pour élaborer une taxe carbone. »

Dustin Duncan a également mis de l’avant, dans sa lettre, le fait que la Saskatchewan a établi son propre plan, intitulé « La résilience des Prairies : une stratégie sur le changement climatique faite en Saskatchewan ».

Le plan n'inclut pas une taxe carbone. Il demande tout de même à Ottawa de donner à la Saskatchewan les 62 millions de dollars de financement du gouvernement fédéral. Cet argent est nécessaire, selon lui, pour mettre en oeuvre le plan climatique saskatchewanais.

En réponse à cela, Catherine McKenna souligne qu’il serait injuste de donner du financement, alors que toutes les autres provinces et territoires ont signé le plan climatique fédéral.

Catherine McKenna confirme que les 62 millions de dollars iront au deuxième volet du Fonds pour une économie à faibles émissions de carbone.

Le Fonds est un élément important du Cadre pancanadien sur les changements climatiques et la croissance propre. Il soutient la mise en oeuvre du Cadre en vue de respecter l’Accord de Paris.

Le Fonds, d’une valeur de deux milliards de dollars, comprend deux volets; le premier étant de fournir 1,4 milliard de dollars aux provinces et territoires qui ont adopté le Cadre pancanadien.

Le deuxième volet sera lancé à l’automne pour soutenir des projets ambitieux proposés par les provinces, les municipalités, les organisations non gouvernementales, les entreprises, les organisations autochtones, etc. Catherine McKenna souligne, dans sa lettre, que la Saskatchewan peut en faire partie.

Justin Trudeau à Regina

Vendredi dernier, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a rencontré pour la première fois le premier ministre de la province, Scott Moe. Sur Twitter, Scott Moe dit que son homologue et lui-même ont eu plusieurs discussions, mais qu’ils ne s’entendent pas sur la taxe carbone.

Le premier ministre de la province avait même soutenu qu’il n’hésiterait pas à porter l’affaire devant les tribunaux si Ottawa imposait sa propre taxe carbone. Élément qui a été réaffirmé dans la lettre de Dustin Duncan.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards