Retour

Taxis à Leamington : une décision dans les prochains jours

Leamington menace toujours de révoquer les permis d'exploitation de ses quatre compagnies de taxi. Une audience publique houleuse s'est tenue lundi soir à l'hôtel de ville, au sujet de la décision controversée du conseil municipal.

Un texte de Colin Côté-Paulette

Après cinq heures de témoignages et d'argumentaires au sujet des taxis de la ville, les dizaines de citoyens présents dans la salle commençaient à s'impatienter.

Il y a quelques mois, la municipalité de Leamington a changé les règles pour les entreprises du centre-ville. Elle demande notamment aux compagnies de taxis d'avoir des places de stationnements asphaltées et lignées pour chaque véhicule de leur flotte, en plus d'envoyer un plan de leur site pour approbation à la municipalité.

La plupart des entreprises de taxi n'ont toujours pas effectué les démarches demandées, deux mois après la date limite. Elles pourraient donc perdre leur permis d'exploitation et fermer leurs portes.

Une issue qui inquiète plusieurs résidents de Leamington présents à l'assemblée.

« Ça va me faire mal. Je vais perdre beaucoup de client et d'argent dans ce genre de situation. C'est pour ça que je suis ici ce soir », explique le propriétaire du bar Paradise Club, Oscar Gutierrez.

Certains citoyens ne cachaient pas leur mécontentement par rapport à la situation.

« Pour des raisons personnelles, je ne possède pas de voiture. Qu'est-ce que je vais faire pour me rendre au travail l'hiver? », questionne Michael, un résident qui se rend à son travail en vélo l'été.

Décision à venir

Un comité municipal de quatre personnes a écouté les points de vue des propriétaires de taxis et des employés de la ville.

Ils doivent décider dans les prochains jours s'ils révoquent les permis ou s'il accorde une permission spéciale telle qu'une extension des délais de la ville aux entreprises de taxi.

Une lettre à cet effet sera envoyée aux propriétaires des compagnies de taxi.

« C'est important qu'on fasse respecter les règlements municipaux, c'est la directive du conseil municipal », soutient Ruth Orton, directrice des services juridiques de Leamington.

La représentante de la ville ne pouvait pas indiquer quelles solutions de rechange seraient proposées pour offrir du transport aux citoyens sans voiture ou permis, si les compagnies de taxi devaient cesser leurs activités.

Imbroglio municipal

Si la Ville soutient que chaque entreprise a dérogé au règlement municipal, les administrateurs de Leamington Taxi croient que c'est plutôt la Ville qui est dans le tort.

« Je demande à la Ville d'être juste avec Leamington Taxi, de ne pas révoquer leur permis d'exploitation, parce que mon client a rempli le formulaire demandé par la municipalité il y a quatre mois », déplore l'avocat de Leamington Taxi, James Allen.

Le propriétaire de l'entreprise, Mark Aloqaili, soutient que le règlement l'obligerait aussi à faire construire des places de stationnements pour les véhicules personnels de ses employés, alors que la plupart se rendent au travail à pied.

Il menace de déménager sa compagnie dans une autre ville.

Plus d'articles

Commentaires