Retour

Tempêtes dans l’Est du Québec : Philippe Couillard se dit solidaire

Le premier ministre Philippe Couillard exprime sa compassion envers la région de l'Est du Québec durement secouée en décembre et en janvier par les tempêtes et les hautes marées.

Un texte de Joane Bérubé

Lors de son allocution, le premier ministre a rappelé que Québec, dès le lendemain, a rendu disponible l’aide financière nécessaire aux municipalités touchées par les tempêtes. « Et on continue de le faire. Le gouvernement est au travail pour traiter les demandes, répondre aux besoins », a assuré le premier ministre.

Philippe Couillard a aussi indiqué que son gouvernement travaillerait en partenariat avec les municipalités pour trouver des solutions à long terme à l’érosion côtière.

Sébastien Proulx demeure en poste

Le premier ministre, qui procédait lundi matin à un ajustement ministériel pour nommer Pierre Moreau ministre responsable du Conseil du Trésor, n’a pas modifié de responsabilités ministérielles régionales. Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, député de Jean-Talon, demeure ainsi ministre responsable de région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Tant le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, que celui de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, ont demandé au ministre Proulx de mettre en place une cellule de crise pour aider rapidement les sinistrés touchés par les tempêtes à répétition et pour protéger les berges fragilisées par les assauts de la mer.

Cette revendication a été reprise et entérinée par les membres du Parti québécois réunis en conseil national en fin de semaine.

Jusqu’à maintenant le premier ministre et le ministre responsable soutiennent que les équipes terrains sont à pied d’œuvre et répondent efficacement aux besoins de la population.

Enquête de la Chambre de commerce de la Haute-Gaspésie

Par ailleurs, la Chambre de commerce de la Haute-Gaspésie lance un sondage en ligne auprès de ses membres sur le dossier de l’érosion des berges.

L’organisme espère colliger des données précises sur les conséquences de l’érosion des berges sur les entreprises de la région, notamment la fermeture de la route 132, en décembre.

La directrice de la Chambre de commerce, Cassandra Lévesque, explique que l’organisme veut notamment savoir dans quelle mesure les entreprises sont touchées ou le seront dans un avenir prévisible. « Éventuellement, pour savoir avec les gens de la région pour trouver des solutions ou du moins faire partie de la solution », commente Mme Lévesque.

Un peu plus d’une centaine d’entreprises ont été invitées à répondre au sondage, dont les résultats devraient être connus vers la fin de la semaine.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine